Auto-édition : une production deux fois supérieure à l'édition classique

Clément Solym - 16.04.2010

Edition - Les maisons - autoédition - marché - USA


L'année 2008 avait connu un décollage foudroyant pour l'impression à la demande outre-Atlantique : dans les faits, on avait constaté que l'édition classique avait connu un recul de 3 % avec 275.232 livres sortis, contre un + 132 % à 285.394 ouvrages passés par l'impression à la demande. Et une progression de 38 % de la production globale aux USA, avec 560.626 livres sortis.

Dans ce contexte et suivant la progression de l'année 2008, l'auto-édition a bien évidemment le vent en poupe, et pour l'année 2009, le mouvement s'est largement confirmé.

En effet, selon les chiffres de R.R Bowker, 764.448 livres ont été auto-édités durant l'année dernière. Et si la fiction reste majoritaire, elle enregistre tout de même une chute de 15 % (pour la seconde année consécutive) avec 45.181 ouvrages.

La croissance est à chercher bien plutôt du côté des secteurs éducatifs et pratiques (notamment la technologie), avec 11 % de mieux, ainsi qu'en science et finances personnelles - qui augmentent de 9 % tous deux. La cuisine fait également partie des grands perdant, au même titre que les ouvrages sur les langues, avec une chute de 16 %. Voyages ainsi que Sports et Loisirs perdent 5 % et 4 %.

La jeunesse monte en grade avec + 6 % (32.348 livres), ainsi que la biographie + 8% à 12.313 et la religion, en hausse de 6% à 19.310.

Selon les données de RR Bowker, le plus gros acteur sur le territoire américain reste BiblioBazaar, qui aura produit 272.460 titres durant l'année. Viennent ensuite Books LLC et Kessinger Publishing LLC qui ont enregistré respectivement 224.460 et 190.175 titres. Quant à la filiale d'Amazon, CreateSpace, elle n'aura fait que 21.819 livres, contre 10.386 chez Lulu.com.

Selon Kelly Gallagher, vice-président de Bowker, la production est désormais deux fois supérieure dans l'auto-édition que sur le marché classique de l'édition. Les entreprises ont largement le vent en poupe, et profite très bien d'internet pour assurer son développement.