Autoédition : un marché méconnu de 52 milliards $ ?

Nicolas Gary - 26.09.2013

Edition - Economie - auotédition - livre numérique - auteur indépendant


Le secteur de l'autoédition générerait 52 milliards $ de chiffre d'affaires assure la société New Publisher House, qui dans une étude assure qu'il s'agit d'une somme deux fois plus importante que celle de l'industrie traditionnelle du livre. State of Independance 2014 n'est disponible que dans une version abrégée, mais contient des éléments chiffrés particulièrement intéressants.

 

 

 

 

« Les méthodes traditionnelles utilisées pour mesurer le marché de l'autoédition ont dissimulé la réalité de cette industrie », assure James O'Toole, fondateur et PDG de la NPH. Selon les données qu'il avance, ce marché représenterait donc 52 milliards $ de CA, avec 100 fois plus d'auteurs indépendants que d'auteurs traditionnels.

 

Chose à noter, selon les conclusions, les professionnels de l'édition qui ont été dernièrement licenciés, lors de phases de restructuration de l'industrie, vont devenir des concurrents sérieux pour leurs anciens employeurs. 

 

On compterait par ailleurs huit fois plus de livres autoédités que d'ouvrages traditionnels, sans prendre en compte les réimpressions d'oeuvres du domaine public. Autant d'éléments qui vont donner plus de puissance encore à ce secteur, surtout que plusieurs éléments ont participé à cet essor.

 

On évoque le passage d'achats de livres depuis des librairies vers des boutiques en ligne, mais également la montée en puissance d'acteurs dominants comme Amazon. Enfin, la société de Seattle a joué un rôle considérable, dans le secteur.

 

L'ensemble de l'étude analyse les différentes solutions, et notamment l'augmentation du recours à l'impression à la demande, qui a augmenté de 55,3 % durant l'année 2013? En parallèle, les technologies numériques sont des atouts simples et pratiques pour réaliser son livre, et le commercialiser.

 

 

 

 

Mais le plus important est qu'un auteur autoédité peut aujourd'hui se mesurer avec le marketing d'une maison d'édition traditionnelle, en occupant l'espace en ligne. Si les technologies sont le moteur de la révolution numérique, ces mêmes outils ont un potentiel de désintermédiation, et sont susceptibles de saper les éditeurs établis, conclut l'étude.

 

L'expertise marketing et éditoriale des grandes maisons n'est plus une force qui est réservée aux professionnels, attendu que les auteurs indépendants se professionnalisent.