Autonomie des universités : Fillon ferme et menaçant

Clément Solym - 14.05.2009

Edition - Société - universités - autonomie - gouvernement


Le Premier ministre François Fillon reste ferme sur la position adoptée par le gouvernement en ce qui concerne la loi sur l'autonomie des universités. Il a déclaré que « jamais, jamais » il ne serait question de revenir sur ce projet.

Concernant les examens, le Premier ministre campe aussi sur ses positions, « Nous n'accepterons jamais que les examens soient bradés » a-t-il affirmé au Figaro dans une interview. Il envisage même un « report des examens en septembre et l'organisation des épreuves en dehors de l'enceinte des universités bloquées ».

Il a tenu aussi à rappeler qu'il avait précisé aux présidents d'université que le gouvernement permettrait l'intervention des « forces de l'ordre à chaque fois qu'ils le demanderaient ». Et d'ajouter que depuis le début du conflit cela avait déjà eu lieu « à vingt-cinq reprises ».

Enfin, à l'attention des manifestants et sur un ton un peu menaçant, il a déclaré : « Il faut par ailleurs que les enseignants-chercheurs qui organisent les blocages sachent qu'ils en subiront les conséquences sur leur traitement ». Le gouvernement a donc décidé de ne pas bouger de ses positions et semble ne plus vouloir écouter personne.

Les sept présidents d'universités qui avaient demandé dans une tribune dans le Monde « des gestes d'apaisement vigoureux, radicaux et clairs » à celui-ci n'ont pas été entendus. Le président de l'Unef qui avait demandé à voir Pécresse de toute urgence sera-t-il reçu ? Toujours est-il que le mécontentement est toujours là et qu'il devrait s'exprimer dans une manifestation aujourd'hui même.