Autour d'une tasse de thé avec Frédéric Beigbeder

Clément Solym - 08.04.2008

Edition - Société - Frédéric - Beigbeder - interview


La nouvelle égérie des Galeries Lafayettes, Frédéric Beigbeder, se confie autour d'une tasse de thé au café Flore où il a ses habitudes. Il y a révélé mettant fin à une rumeur que le corps que l'on voit sur l'affiche publicitaire est bien le sien.

L'écrivain est d'abord revenu sur le succès de Au secours, Pardon et sur l'accueil qu'il (le roman hein) a reçu en Russie. Puis il a laissé quelque peu transparaître son désappointement de n'avoir pas reçu de prix littéraire pour ce titre. Tout comme, il est déçu que le film 99 francs, dont il avait un peu repris les dialogues, n'ait pas obtenu un césar.

L'auteur a aussi expliqué qu'il écrivait pour « dominer [sa] peur de la mort » et quand on lui demande si ce n'est pas aussi pour explorer ses limites et si cela veut dire goûter à l'alcool, à l'adultère, au sexe à l'instar de grands auteurs qu'il évoquait dans une chronique. Frédéric Beigbeder rajoute avec une pointe d'ironie « Euh, tu as oublié la drogue ! Il faut citer la drogue ! ! ». Oui mais attention à rester discret quand même avec ce genre de choses. N'est-ce pas Frédéric !

Bref, nos collègues de Buzz... Littéraire signent une très belle interview, d'un auteur incontournable qui ne laisse personne indifférent. Et pour la retrouver en intégralité, il vous faudra vous précipiter sur le lien vers l'interview de Frédéric Beigbeder chez Buzz... Littéraire.