medias

Aux éditions Cent Pages, pas un seul livre ne se ressemble

Antoine Oury - 03.04.2017

Edition - Les maisons - éditions Cent Pages - Olivier Gadet éditeur - Cent Pages livre


Depuis 1987 ou 1989, « lui-même l'oublie parfois », Olivier Gadet publie des livres au sein des Éditions Cent Pages, avec une seule règle : qu'aucun livre ne se ressemble. Une recherche formelle et intellectuelle qu'il mène avec un catalogue qui rassemble essais, littérature, pamphlets, correspondance, photographies et jeux littéraires.

 

Salon Livre Paris 2017

Le Christ au tombeau d'Holbein le Jeune sur la tranche du Concile d'amour - Une tragédie céleste en cinq actes suivie de son dossier de censure d'Oskar Panizza, éditions Cent Pages

 

 

C'est un amour pour le texte qui guide le regard d'éditeur d'Olivier Gadet, mais sa démarche relève un peu de la microédition, où les particularités du livre aiment être matérielles : « Son idée était de publier des textes qui lui plaisent, mais avec une recherche esthétique dans la création même de l'ouvrage, pour proposer à la fois un bel objet et une belle lecture », résume son collaborateur Jules Poncet.

 

Prenez Céleste, par exemple, un des livres de la maison : il tire son titre d'un passage de La Recherche du temps perdu (Sodome et Gomorrhe), de Marcel Proust, passage qui fait lui-même référence à la servante de l'écrivain, Céleste Albaret, qui l'aida considérablement à construire son oeuvre. « Olivier Gadet a choisi des extraits, qu'il a ensuite choisi d'organiser différemment selon les pages : certaines comportent un seul mot, d'autres un paragraphe entier... Je l'appelle flip-book, mais on pourrait sans doute le désigner autrement », explique Jules Poncet à propos de l'ouvrage, tout en longueur.

 

Salon du Livre de Paris 2017

Des ouvrages de la maison. En haut, Céleste (ActuaLitté, CC BY SA 2.0)

 

 

À l'image de cet ouvrage autour de La Recherche..., Cent Pages valorise principalement des textes réédités, en leur proposant un nouvel objet-livre. La collection Rouge-gorge accueille de la littérature, elle aussi bien particulière : on y trouve par exemple La Folie de l’or de Gilbert Sorrentino, un roman écrit uniquement avec des phrases interrogatives... Mais aussi des photographies et des gravures, comme un petit format présentant le travail d'un des maîtres de la gravure sur bois, le Belge Frans Masereel.

 

Au sein de la collection Cosaques, on retrouvera les pamphlets, les essais et la correspondance, sous une couverture au graphisme soigné imaginée par Olivier Gadet et le graphiste Philippe Millot, enseignant à l'École nationale supérieure des arts décoratifs de Paris.

 

On l'aura compris, chaque livre, aux éditions Cent Pages, fait l'objet d'une attention particulière, et l'on compte autant de titres au sein des collections qu'Hors collection, pour tous ces objets littéraires non identifiés. Côté textes, on pourra ainsi découvrir la correspondance et les photographies d'Arthur Carvan, boxeur auteur qui signe des lettres d'amour mélancoliques et quelques dessins, et, côté images, la boîte de photographies Pataquès de Philippe Poncet, publiée en 2010.

 

Salon du Livre de Paris 2017

Pataquès, de Philippe Poncet, aux éditions Cent Pages, 2010

(ActuaLitté, CC BY SA 2.0)

 

 

Sérigraphie, marquage à chaud, ou même pliage et découpage, les éditions Cent Pages font appel à des techniques qui rendent chaque texte, édité en petits tirages, un peu plus unique. Les titres de la collection Rouge-Gorge sont d'ailleurs non coupés, comme pour laisser le lecteur y ajouter sa touche personnelle — « ou le laisser non coupé », comme le suggère Jules Poncet.

 

Depuis Grenoble, la maison publie ces livres atypiques, distribués par Les Belles Lettres, et bientôt un ouvrage de photographies consacré au Maroc et au Sahara occidental, pour ajouter quelques images aux Cent Pages.