Avant le film, c'est une BD qui avait tué Staline

Bouder Robin - 16.08.2017

Edition - Société - la mort de staline - bd staline - film staline


Vous n'avez pas pu assister aux funérailles de Joseph Staline en 1953 ? Un dîner entre amis que vous n'aviez pas pu décaler, un épisode de série que vous ne pouviez décemment pas louper ? Pas de soucis, Armando Iannucci vous propose de vous rattraper dès le mois prochain avec la sortie de La mort de Staline au cinéma. Une comédie satirique tirée d'une BD française que vous connaissez peut-être...

 

La mort de Staline, Fabien Nury (scénario), Thierry Robin (dessins), Dargaud


 

Lors d'une interview réalisée par Titan Comics (éditeur de la BD aux États-Unis), le réalisateur écossais Armando Iannucci raconte que sont des producteurs français qui sont venus à lui en insistant pour qu'il adapte cette histoire pleine d'humour noir. Les bédéphiles s'en souviendront : Fabien Nury et Thierry Robin avaient adapté à leur sauce la période ayant suivi le décès de Staline, et toute l'histoire de sa succession, en 2 tomes chez Dargaud.

 

Que les fans de la BD se rassurent : l'esthétique en a été conservée dans le film, de même que l'humour satirique de ses 2 auteurs. Iannucci a également souhaité reprendre à l'écran les images marquantes du peuple russe, sur lequel la bataille pour la succession de Staline a eu un impact important.
 


 

En revanche, certaines modifications ont bien entendu été nécessaires. Ainsi, les dialogues ont été rendus plus fluides, plus vivaces, dans une logique d'aller droit au but, pour que l'histoire tienne sur les 100 minutes du film. La timeline a elle aussi été modifiée, pour des raisons pratiques : plutôt que de suivre la chronologie de la BD, régulièrement parsemée d'ellipses de plusieurs mois, il a fallu condenser l'histoire pour que tout se déroule à peu près au même moment...

 

Les personnages aussi ont subi quelques évolutions : celui de Khrushchev, par exemple, a un rôle plus important dans le film que dans la bande dessinée. À l'inverse, beaucoup ont été relégués au second plan. Pour l'anecdote, Iannucci explique qu'il n'a pas rencontré de difficultés à choisir les acteurs du film, qui pour beaucoup se sont imposés à son esprit dès la première lecture de la BD.
 

Bande dessinée et politique : une subjectivité assumée
 

Simon Russell Beale, à la personnalité puissante et drôle à la fois, semblait évident pour interpréter Lavrenti Beria, chef du NKVD ; quant à Jeffrey Tambor, Iannucci l'a d'emblée jugé parfait pour jouer Gueorgui Malenkov, dirigeant du Parti communiste de l'Union soviétique.

 

Le film sortira dans les salles britanniques le 20 octobre prochain, et on attend toujours une date de sortie française. En attendant, vous connaissez la règle de tout lecteur qui se respecte : lisez la BD avant de voir l'adaptation !

 




Fabien Nury, Thierry Robin – La mort de Staline (intégrale) – Editions Dargaud – 9782205073515 – 24,95 €

Via Comics Beat