Avec Civilizations, Laurent Binet fait envahir l'Europe par les Incas

Victor De Sepausy - 21.05.2019

Edition - Les maisons - Laurent Binet - dystopie roman - rentrée littéraire 2019


Laurent Binet va poser un cas de conscience épineux aux libraires consciencieux : en tant que dystopie, publiée par une grande maison littéraire de la place parisienne, retrouvera-t-on son roman dans la catégorie Rentrée littéraire, Science-fiction ou Littérature ? Avec Civilizations, le romancier semble verser dans le monde parallèle. Ou alors, dans les grandes heures de Candide ?


 


Vers l’an mille : la fille d’Erik le Rouge met cap au sud. 1492 : Colomb ne découvre pas l’Amérique. 1531 : les Incas envahissent l’Europe. 

À quelles conditions ce qui a été aurait-il pu ne pas être ? Il a manqué trois choses aux Indiens pour résister aux conquistadors. Donnez-leur le cheval, le fer et les anticorps, et toute l’histoire du monde est à refaire. 

Civilizations est le roman de cette hypothèse : Atahualpa débarque dans l’Europe de Charles Quint. 

Pour y trouver quoi ? L’Inquisition espagnole, la Réforme de Luther, le Capitalisme naissant. Le prodige de l’imprimerie, et ses feuilles qui parlent. Des monarchies exténuées par leurs guerres sans fin, sous la menace constante des Turcs. Une mer infestée de pirates. Un continent déchiré par les querelles religieuses et dynastiques. 

Mais surtout, des populations brimées, affamées, au bord du soulèvement, juifs de Tolède, Maures de Grenade, paysans allemands : des alliés. 

De Cuzco à Aix-la-Chapelle, et jusqu’à la bataille de Lépante, voici le récit de la mondialisation renversée, telle qu’au fond, il s’en fallut d’un rien pour qu’elle l’emporte, et devienne réalité.


[à paraître 14/08] Laurent Binet — Civilizations — Grasset — 9782246813095 – 20,90 €


Commentaires
Il a l'air super bien !



Alors par contre c'est une uchronie du coup, car ça réécrit l'histoire, et pas une dystopie comme vous le mettez dans votre intro...



Définition Wikipédia : "Une dystopie est un récit de fiction dépeignant une société imaginaire organisée de telle façon qu'elle empêche ses membres d'atteindre le bonheur. Une dystopie peut également être considérée, entre autres, comme une utopie qui vire au cauchemar et conduit donc à une contre-utopie. L'auteur entend ainsi mettre en garde le lecteur en montrant les conséquences néfastes d’une idéologie (ou d’une pratique) présente à notre époque1. Ce genre est souvent lié à la science-fiction, mais pas systématiquement, car il relève avant tout de l'anticipation. " (https://fr.wikipedia.org/wiki/Dystopie)
Le mot clé de la définition de Wikipédia pour définir une dystopie est "anticipation". Ce n'est pas parce qu'un roman défini une population malheureuse qu'il en devient une dystopie. Je dirais même que ce mot est utilisé a toutes les sauces ces dernières années pour remplacer les mots "science fiction" qui sont le signe d'une littéraire de genre considérée comme honteuse.



Effectivement ce roman est une uchronie et pas une dystopie.
il a déjà écrit une uchronie avec La septième fonction du langage , d'ailleurs c'est son genre préféré . Celui-là ça sera encore génial . Bravo Laurent Binet
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.