Avec la maison d'édition Premier degré, l'alt-lit enfin traduite en français

Antoine Oury - 23.10.2018

Edition - Les maisons - premier degre editions - alt lit litterature - etats unis litterature


Parfois, pour pouvoir lire les traductions d'ouvrages introuvables en France, le mieux est encore de créer sa maison d'édition. C'est ce qu'a fait Clément Braun-Villeneuve en fondant Premier degré, qui publiera des traductions d'auteurs rattachés à l'« alt-lit », un courant littéraire né à la fin des années 2000 aux États-Unis. Avec en ligne de mire « des textes et des auteurs trop éloignés de la littérature mainstream pour retenir l’attention des éditeurs plus installés ».





 

Souvenez-vous : en 2010, Melville House, aux États-Unis, avait révélé un jeune auteur répondant au nom de Tao Lin, avec Richard Yates, son premier roman. Quelques mois plus tard, la traduction de Jean-Baptiste Flamin paraissait Au Diable Vauvert, et l'ouvrage divisait la critique et les lecteurs, comme aux États-Unis. Certains y voyaient le « Kafka de sa génération », quand les autres ne tarissaient pas d'invectives à l'égard de l'auteur et de son style.

 

« C'est, comme beaucoup, par Tao Lin que j'ai découvert l'alt lit », explique Clément Braun-Villeneuve. « Il a un peu fait la synthèse, il a ce côté Internet 2.0, le désespoir ordinaire et une nouvelle sincérité, un premier degré qui pousse à dire les choses de manière claire, quitte à avoir l'air ridicule, pour quitter des conversations et un monde vides de sens. »

 

À force de recherches, Clément Braun-Villeneuve découvre d'autres textes, autant d'auteurs, et « tout un angle mort dans les traductions en français. On parle ici d'une majorité d'auteurs publiés par des éditeurs américains indépendants et qui n'intéressent pas les éditeurs français, car l'intérêt commercial ne leur semble pas suffisant », explique l'éditeur.

 

Attaché de presse dans le secteur de l'édition, Clément Braun-Villeneuve décide alors de porter quelques-uns de ses textes auprès du public français, en assurant lui-même les traductions, mais aussi la distribution et la diffusion. Un côté do it yourself revendiqué, qui correspond d'ailleurs à une certaine attitude défendue par des auteurs d'alt lit.

 

Deux premières traductions : Sam Pink et Socrates Adams

 

Les deux premiers ouvrages de la maison paraitront ce mercredi 24 octobre, des traductions de l'américain et de l'anglais. « L'alt lit a fait très peu d'émules en français, je pense ici à Guillaume Morissette, un Canadien qui écrit en anglais et a notamment signé New Tab et The Original Face. »

 

Sam Pink, Personne

 

Chicago. Un homme sans âge et sans prénom passe de ruelles en supérettes. Pas de famille, d’emploi, de centres d’intérêt. Juste un colocataire certain d’avoir une tache d’encre sur la nuque et une fille au premier étage de son immeuble avec laquelle il couche parfois. L’essentiel de son temps, qu’il passe entre un sac de couchage à même sa chambre et des allers-retours sans but dans le métro, sert de prétexte à un état des lieux pathétique et bouffon de la vie de jeunes adultes anonymes, moyennement propres et doucement marginaux, abandonnés aux marges des mégapoles étasuniennes.

 

Socrates Adams, Une famille contemporaine

 

Il y a d’abord le père, animateur de télé à succès et loser hidalgo tyrannisé par ses collègues. Ensuite la mère, femme au foyer bouffie de névroses, poussée à la folie par le mariage royal entre le fils Windsor et sa fiancée Kate, qu’elle adule et jalouse. Puis la grande sœur adolescente, plastique de rêve et passion refoulée pour sa meilleure amie, lancée presque malgré elle dans le mannequinat et le sexe de rencontre. Reste Bobby, le cadet, tantôt cancre au collège, tantôt trafiquant de magazines porno pour financer son addiction à World of Warcraft.

 

Openchabab : une plateforme de formation
pour journalistes au Maroc


« Les maquettes s’inspireront des grands standards de la typographie d’art, avec une attention particulière à la qualité de “l’objet livre” au détriment du marketing », précise Clément Braun-Villeneuve, en format semi-poche (18,4 x 12 centimètres) et avec une identité graphique signée par Loïc Bahougne.

 

Pour 2019, Premier degré devrait ajouter entre 2 et 4 autres titres à son jeune catalogue.




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.