Avec les éditions Prairial, le surréalisme NRV est de retour

Antoine Oury - 19.03.2016

Edition - Les maisons - éditions Prairial - édition surréalisme - livres surréalisme


Pour nombre d'entre nous, le surréalisme s'arrête à Breton et Dalí : les éditions Prairial se sont données pour mission de rééditer « les textes les plus énervés » des surréalistes et de leurs cousins anarchistes et libertaires. 

 

Livre Paris 2016

(ActuaLitté, CC BY SA 2.0)

 

 

Le petit coin de table occupé par les éditions Prairial est bien rempli : après trois années d'activité en 2016, la maison dispose d'un catalogue de 10 ouvrages, dont deux prévus pour cette année. « Nous sommes 5 dans la maison, chacun a son activité à côté qui lui permet d'apporter ses compétences. Nous nous retrouvons souvent dans l'appartement de Grégory Voix, notre président, et nous nous répartissons les rôles », explique François Burkard, secrétaire de rédaction au Monde en parallèle de son activité chez Prairial.

 

RAS pour la SAS ouverte en mars 2014 : la ligne éditoriale s'est créée avec les premiers livres de la maison, La vie l'amour la mort le vide et le vent, recueil de poésie de Roger Gilbert-Lecomte du groupe rémois plutôt parasurréaliste Le Grand Jeu, et celui de Georges Darien, La Belle France. « Les titres que nous souhaitions faire, c'était ceux que nous n'arrivions plus à trouver, ou alors uniquement en bibliothèque ou d'occasion, souvent très chers », explique François Burkard.

 

Les nouvelles éditions Jean-Michel Place, de nouveau actives après plusieurs années en sommeil, sont elles aussi spécialisées dans les textes surréalistes, mais « il reste pas mal de choses à explorer, et nous ne nous interdisons pas d'élargir notre ligne à l'avenir ». Pour l'instant, les ouvrages sont essentiellement des recueils de poésie ou des pamphlets, mais cela relève aussi de la production surréaliste elle-même. « Les romans surréalistes, il n'y en a pas des masses : Crevel en a fait quelques-uns, mais nous ce qui nous intéresse c'est le côté fiévreux, énervé, survolté même de Crevel, Péret, moins André Breton, en fait. »

 

L'autre versant de la maison d'intéresse aux productions anarchistes, avec, entre autres, la réédition de deux illustrés, format original, de Lucien Laforge, [Le film 1914 et Ronge-Maille vainqueur], un des premiers dessinateurs du Canard Enchaîné. « Il n'avait pas de liens avec les surréalistes, mais c'est dans la ligne de Georges Darien. C'est plein de colère et d'humour, comme les surréalistes les plus énervés et les plus politiques. Historiquement, les surréalistes sont plus jeunes que Laforge, mais c'est la même colère. »

 

Raviver l'élan surréaliste

 

Aujourd'hui, les textes surréalistes sont même présents dans les programmes scolaires, « ce que les surréalistes ne voulaient pas vraiment à l'époque », souligne François Burkard. Malgré tout, on imagine mal un professeur demander à ses élèves d'ouvrir Les Couilles Enragées [de Benjamin Péret, réédité chez Prairial] ou La Belle France... « Ce ne sont pas des livres au destin scolaire », précise François Burkard. 

 

Depuis septembre, les livres de Prairial sont diffusés par Hobo, petit diffuseur spécialisé, en quelque sorte, dans les maisons d'extrême gauche : « Pour nous, ça change tout, parce qu'avant on faisait de l'autodiffusion, sans voiture en plus ! On faisait principalement Paris, et les lieux de vacances... » La distribution, elle, est assurée par Makassar, qui fait principalement de la BD.

 

Si les tirages restent assez modestes, autour de 1000 à 1500 exemplaires, « ils s'écoulent bien, et nous avons déjà réimprimé les trois premiers, sans bénéficier spécialement d'une exposition dans la presse ». Bien sûr, les lecteurs fidèles sont au rendez-vous à chaque parution, mais la maison souhaite élargir son lectorat, pour ne pas rester dans la niche surréaliste.

 

Pour le moment, les textes ne bénéficient pas d'une publication numérique : « Nous le ferons le jour où nous aurons les connaissances nécessaires dans la technologie. Par ailleurs, nous souhaitons vraiment proposer un objet spécifique si nous faisons du numérique. Transposer simplement nos livres ne nous intéresse pas vraiment. » Bien entendu, l'ensemble des titres papiers, avec leur graphisme inspiré des affiches contestataires, sont disponibles sur le web.