Avec les sites communautaires, les éditeurs misent sur les adolescents

La rédaction - 01.07.2016

Edition - Société - sites communautaires éditeurs - adolescents lecture livres - internet adolescents éditeurs


Vous savez ce qu’on aime dire : « Les adolescents ne lisent plus et ils passent leur temps sur Facebook ou n’importe quel autre réseau social ». Faux ! Aujourd’hui, les éditeurs refusent ce credo et en préfèrent un autre : « Les adolescents lisent toujours ET sont sur les réseaux sociaux. » Plusieurs maisons d’édition misent sur ces habitudes de consommation du net afin de fédérer ces jeunes lecteurs autour des livres qu’elles publient.

Par Mathilde de Chalonge

 

book

Eddi, CC BY 2.0

 

 

Chacune d’entre elles s’est dernièrement lancée dans la création d’un site internet communautaire qui puisse lier les passions des adolescents qui achètent leurs romans : leurs lectures et leur envie de les partager et d’en discuter avec d’autres lecteurs-utilisateurs. Le dernier site en date ? Pageturners de l’éditeur Milan. À quoi ressemblent ces sites web et quelle en est la finalité pour les éditeurs ? Petit aperçu de ce qui se fait sur la toile pour nos ado-lecteurs.

 

Le site communautaire : un incontournable ?

 

Le 25 mai dernier, Pageturners-milan.com ouvrait ses portes sur la toile. L’éditeur jeunesse Milan s’aligne sur ses concurrents directs. Rageot, Gallimard Jeunesse et Hachette Jeunesse ont appliqué la formule gagnante du site communautaire depuis quelques années. Depuis un mois se forme une nouvelle union de fans, très prometteuse pour l’éditeur Milan.

 

Lecture-academy.com (Hachette), Onlitplusfort.com (Gallimard) et Livre-attitude.fr (Rageot) sont les trois principaux sites communautaires pour adolescents déjà existants. La particularité de ces maisons d’édition est de présenter une collection grand format, c’est-à-dire des romans pour adolescents, particulièrement riche et plébiscitée par les « teen-lecteurs ». On ne présente plus Twilight chez Hachette, les romans fantastiques de Pierre Bottero chez Rageot, ou Nos étoiles contraires de John Green chez Nathan Jeunesse. Tous sont des succès portés par un public compris entre 12 et 17 ans.

 

L’éditeur Milan souhaite surfer sur cette même combinaison gagnante. Il lance son site internet à l’occasion de la sortie de son roman événement Six of Crows de Leigh Bardugo, un best-seller américain de dark fantasy, présenté comme un mélange de « Tim Burton et Game of Thrones » (rien que ça !).

 

Ces sites, au design léché capable d’en séduire plus d’un, donnent tous un aperçu des nouveautés et des prochaines parutions de la maison. De nombreux articles sur le blog commentent l’activité de l’éditeur, mais également celle de la communauté. Les utilisateurs sont en effet sollicités : pas question pour ces sites internet de se confondre avec les sites d’e-commerce.

 

Lecture-academy, Onlitplusfort, Pageturners et Livre-attitude font participer les lecteurs à la vie du site : ils peuvent partager leurs coups de cœur, « liker » les livres qu’ils ont appréciés chez l’éditeur, répondre à des sondages (« Quel est votre personnage préféré de Red Rising ? » demandait Lecture-Academy), écrire des critiques des romans, enrichir les forums, et même participer à des concours d’écriture de fanfictions (les récits dérivés de romans) !

 

Tout est fait pour attirer les jeunes lecteurs. Évidemment, la communauté se poursuit sur Facebook, Twitter ou Instagram : les éditeurs ont parfaitement compris les nouvelles consommations des adolescents vis-à-vis d’internet. 

 

Les adolescents, la poule aux œufs d’or des maisons d’édition ?

 

Cibler les adolescents n’est évidemment pas un choix anodin de la part des éditeurs. Plus jeunes, les enfants ont un accès restreint aux ordinateurs et sont encore sous le contrôle de leurs parents. Par ailleurs, la littérature pour enfants laisse moins de latitude à la mode, à la tendance éphémère. Les histoires pour tout petit ont des vertus éducatives et scolaires avant tout – même si cela n’empêche pas certains auteurs et histoires de se démarquer.

 

Internet Circa 2012: Justin Bieber teenagers are destroying Twitter, Call of Duty teenagers are destroying YouTube, Facebook getting ‘Re-imagined’ by George Lucas, this wasn’t the internet revolution people were talking about … Install Another Update.

Surian Soosay, CC BY 2.0

 

 

Les réseaux sociaux sont investis en masse à partir des années collège. Soudain, tous rêvent de faire partager aux autres ce qui les anime et ce qui les lie. Les adolescents sont toujours les meilleurs fans, les plus fidèles et les plus passionnés. Ils sont capables de créer des tendances et de les porter jusqu’au bout, avec tout leur cœur.

 

Twilight, Hunger Games, Divergente, Harry Potter, Nos étoiles contraires… Ces grands succès de ces dernières années se trouvaient au rayon littérature jeunesse de nos librairies. Les adolescents peuvent constituer une véritable poule aux œufs d’or pour les éditeurs. Il ne s’agit pas de perdre cette communauté de fans, capable d’acheter six millions de livres (chiffre des ventes de Twilight rien qu’en France), mais de la fédérer. Avec ces sites, les éditeurs fidélisent leurs lecteurs, ils leur donnent l’impression d’appartenir à la maison, d’avoir leur mot à dire. Intégrés dans un processus d’écriture par le biais des fanfictions, les ado-lecteurs s’attachent un peu plus aux personnages des romans grands formats. Ceux-ci, fonctionnant souvent en séries, sont capables de nourrir un public de fans pendant plusieurs années.

 

Bien sûr, la finalité du site est la vente. Les liens d’achat ne sont d’ailleurs pas cachés. Sur Lecture-academy ils nous renvoient sur la Fnac, Amazon ou Mollat. Pareil pour Rageot et Gallimard, à l’heureuse différence qu’ils géolocalisent pour nous la librairie la plus proche où le livre est disponible. Rageot et Gallimard ont intégré le fait que les adolescents sont rarement dotés d’une carte bleue et qu’il vaut mieux les amener en librairie…

 

Toutefois, la recette ne prend pas toujours : le site Onlitplusfort (Gallimard) semble un peu à l’abandon depuis 2014.

 

En effet, les adolescents sont un public à double tranchant : ils sont de très bons fans, mais sur une courte durée. Pour Gallimard, le site a perdu de la vitesse après le phénomène Endgame de James Fray et Nos étoiles contraires de John Green. Jusqu’au prochain best-seller pour adolescents de la maison ? Ce public est capable de se démotiver, mais aussi de se remotiver très vite : qui dit best-seller dit succès pour le site communautaire. Celui de Pagesturner pour Milan dépendra en partie de la réussite de son roman Six of Crows.

 

Réponse dans quelques semaines pour un premier bilan…

 

En partenariat avec Allbrary