Avec sa flotte aérienne, Amazon livrera même les cieux en Boeing

Clément Solym - 09.08.2016

Edition - Economie - Amazon cargo avions - livraison Boeing Amazon - clients service aérien


On hésite encore à parler de Amazon Airlines, mais certainement n’est-ce qu’une question de temps : la firme vient d’affréter une flotte de 40 avions-cargos pour amorcer sa livraison de colis. Le Prime Air, premier Boeing 767-300 a fait sensation, avec un premier vol réussi. La flotte n’appartient pas encore à l’entreprise, qui ne fait que les louer pour le moment...

 

 

 

En collaboration avec Atlas Air et ATSG, deux opérateurs de fret, Amazon a donc décidé de jouer la fille de l’air. En prenant une participation minoritaire dans la seconde entreprise, la firme de Bezos indique toutefois qu’elle est prête à mettre plus de billes dans le monde aérien. 

 

Bien entendu, ces 40 avions ne sont qu’une goutte dans l’océan des appareils que FedEx et UPS peuvent aligner – respectivement 643 et 237 appareils. Sauf qu’Amazon indique clairement ses projets de libéralisation du transport, et surtout, augmenter ses marges en ne dépendant pas de transporteurs tiers. 

 

C’est que les frais d’expédition, le cœur de la communication de la firme, commence à coûter cher, s’il s’agit d’assurer des livraisons en moins de 60 minutes, ou encore un ravitaillement rapide de ses entrepôts. 

 

Dans le cadre de l’accord passé, la société Atlas fournit l’équipage, l’entretien et l’assurance durant sept années. Dave Clarke, vice-président des opérations Amazon dans le monde, assure que ce réseau de transport aérien répond aux nécessités premières de l’entreprise : « La société est à la recherche de moyens plus efficaces pour répondre à l’important volume de livraison qu’elle opère quotidiennement, tout en réduisant leurs délais à travers le pays. »

 

Selon certaines sources, Amazon serait d’ailleurs entré en négociations directes avec Boeing, pour lui acheter à l’avenir des 767, afin de constituer sa propre flotte.