medias

Avec son entrée payante, Livre Paris “ne marche pas” (Arnaud de Puyfontaine)

Nicolas Gary - 25.02.2020

Edition - Economie - Arnaud Puyfontaine - Michèle Benbunan - salon livre Paris


Le salon du livre de Paris ne remplirait plus son rôle, estime Arnaud de Puyfontaine, président du directoire de Vivendi. À l’occasion d’une conférence de presse menée avec Michèle Benbunan, directrice générale d’Editis, la grande manifestation parisienne est arrivée sur la table. 

Arnaud de Puyfontaine
Arnaud de Puyfontaine
 

Principal exposant désormais de Livre Paris, après le désistement de Gallimard (et donc Flammarion, ainsi que Casterman avec lui), les regards convergent logiquement vers Editis. En effet, depuis plusieurs années maintenant, même le groupe Hachette Livre et ses maisons ont déserté l'événement de la capitale. 
 

2020, oui... 2021... moins ?


« Il n’était pas question pour Editis de se défausser sur cette édition 2020. Ça risquait d’être assez fatal. Et il n’était pas envisagé non plus de trahir la confiance de nos auteurs, prêts à venir pour des dédicaces et moins encore de décevoir tous les visiteurs qui s’y rendent pour cela, en ne venant pas du tout », indique Michèle Benbunan. 

Pour 2020, Editis conserve sa présence, « même s’il aurait été plus économique de ne pas y être », poursuit-elle. Pour le groupe, le salon coûterait entre 300 et 400.000 € en net, estime-t-elle. 

Mais Vivendi, à travers Editis, devient un nouvel entrant, et à ce titre, en regard des ambitions affichées, reprend Arnaud de Puyfontaine, « nous n’allions pas déstabiliser quelque chose qui existe ». Et de saluer le travail du SNE et de son président, Vincent Montagne « grand professionnel et ami ». 

Cependant, « est-ce qu’aujourd’hui la formule marche ? Je considère qu’elle ne marche pas, dans la capacité ni dans l’ambition que je peux avoir ». Comparant Livre Paris à la foire du livre de Brive, qui ouvre plus largement ses portes, le président du directoire interroge donc le fonctionnement même de l’événement.

« Le SNE aura un certain nombre de réflexions, le groupe Editis y est représenté par Michèle Benbunan, ce qui permettra d’accompagner des échanges sur l’avenir de ce salon », poursuit-il.
 

L'entrée payante... une barrière


Michèle Benbunan interroge : « Veut-on un salon de littérature strictement ou qui s’ouvre à toutes les maisons d’édition ? Llivre Paris doit rester un événement populaire à mon sens, accueillant le plus grand nombre — y compris des gens qui ne lisent pas. » Un rendez-vous familial, pour « regarder et découvrir tout ce que peut être l’édition et le livre, dans sa richesse. »


Arnaud de Puyfontaine - Michèle Benbunan

 
Et de reprendre : « Le côté de la gratuité, payer pour rentrer dans un salon… », entame la directrice générale, « … c’est une barrière à l’entrée », achève Arnaud de Puyfontaine. 

Il ajoute : « Aujourd’hui, j’ai le souvenir d’un salon qui était une fête du livre. Le groupe Hachette n’est pas présent, sauf à travers Le livre de poche et quelques éléments. S’ils n’y sont pas et nous oui, c’est qu’il y a un décalage, un événement qui ne joue plus le rôle qui peut être le sien. »

Alors, oui, Editis maintient sa présence pour 2020, mais encourage à profiter de « l’opportunité de se dire à date, quel en est l’objectif, le format, la localisation, l’ambition. Et de redéfinir les conditions qui permettront d’avoir un plus grand dénominateur commun entre les acteurs de l’édition. Si tel n’est pas le cas, c’est que l’opération, l’événement ne répond plus à la mission initiale qui était la sienne. » 

Sans pour autant perdre de vue, conclut Michèle Benbunan, que « les auteurs aiment faire des dédicaces et rencontrer le public. Cette dimension est nécessaire, et soutenue par tout le monde ». Reed Expo et le SNE ont du pain sur la planche…
 

Et pourtant, elle tourne !


Deux points restent cependant, que n’évoquent ni le président du directoire de Vivendi ni la directrice générale d’Editis. D’abord, le salon du livre de Paris est une source de financement pour le Syndicat national de l’édition qui a son importance. Si l’on se réfère aux données 2018, ce sont près de 702.000 € qui sont revenus au SNE à travers Livre Paris (en hausse de 20 %). 

D’autre part, le président du directoire pourrait effectuer un mauvais diagnostic. En tant que telle, l’entrée gratuite n’a pas de sens : ce qui importe le plus réside dans la satisfaction culturelle et financière que les exposants peuvent trouver. À prendre quelques exemples comme Japan Expo, le salon du livre jeunesse de Montreuil ou encore Angoulême, ou même Étonnants voyageurs les entrées sont payantes, et les manifestations fonctionnent. 


Commentaires
Les Editions du Net soutiennent la gratuité du salon Livre Paris pour qu'il y ait plus de visiteurs pour les auteurs présents, retrouvez-nous sur notre stand P41.
Quelle belle autopromotion!
Si cette gratuité doit être financée par le sacrifice des auteurs, qui eux, ne sont généralement pas rémunérés, ni même défrayés, pour leur participation à ces manifestations, alors, elle peut fermer effectivement. Il faut ré-habituer le public à payer les artistes autant que les diffuseurs de la culture s'ils veulent y accéder. L'entrée payante est un bon début, une démarche pédagogique.
Ce n'est pas au public de rémunérer les auteurs mais aux éditeurs. (L'entrée payante bénéficie surtout à Reed Expo)
Et un salon dont tout (ou partie) du ticket d'entrée serait un à valoir sur les achats de livres, cela serait-il possible ? (favorisant le bon "commerce" du livre sur place, et pas que des badauds gratuits, et encourageant les lecteurs-consom'acteurs !).
La plupart des visiteurs du Salon ont des invitations !
Il faut aussi rappeler la gratuité pour les plus jeune. Que l'entrée du salon soit payante n'est pas dérangeant en soi, si cela permet un certain équilibre avec l'investissement côté exposants... si le billet d'entrée avait une valeur d'achat pour les visiteurs, ne serait-ce qu'à hauteur de 50%, pourrait générer une nouvelle dynamique aussi.
Une entrée payante oui mais pourquoi pas imputable sur un achat de livre sur le salon ?
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.