Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Aventure dans le cinéma expérimental de William Burroughs

Cécile Mazin - 23.05.2014

Edition - Société - Tristan Tzara - William Burroughs - cinéma expérimental


Après la publication, en 1959 de The Naked Lunch, William S. Burroughs ne révolutionne pas simplement la narration : il jette au public un roman monstrueux, sans aucun précédent. Mais peut-être pas dénué d'inspirations, notamment en allant chercher du côté de Tristan Tzara. Les méthodes décrites par le couper-coller, dans son texte, pour faire un poème dadaïste ne sont pas si éloignées 

 

 

 

 

Remettons-nous dans le bain dadaïste

 

Pour faire un poème dadaïste

Prenez un journal

Prenez des oiseaux

Choisissez dans ce journal un article ayant la longueur que vous comptez donner à votre poème.

Découpez l'article.

Découpez ensuite avec soin chacun des mots qui forment cet article et mettez-les dans un sac.

Agitez doucement.

Sortez ensuite chaque coupure l'une après l'autre dans l'ordre où elles ont quitté le sac.

Copiez consciencieusement.

Le poème vous ressemblera.

Et vous voici un écrivain infiniment original et d'une sensibilité charmante, encore qu'incomprise du vulgaire.

 

William Burroughs s'est lancé dans les techniques de couper-coller, pour l'écriture même, tentant, avec cet outil, de révéler l'absurdité du monde. Selon lui, le monde est un ensemble de pensées traditionnelles dans lesquelles nous nous sommes enfermés avec le temps. Et ces méthodes de création, il les reprit dans le monde du cinéma, avec, en 1966, The Cut Ups, forme de film expérimental. Particulièrement expérimental.

 

C'est tout à la fois chaotique, et imbriqué dans un univers particulièrement complexe à pénétrer. Et grâce à Open Culture, voici, également à redécouvrir, une autre aventure dans le cinéma d'avant-garde, Towers Open Fire. Pas moins déjanté…

 

 

The Cut Ups, de 1966

 

Towers Open Fire, à redécouvrir