Avenue ta9ra : La Tunisie dans la rue... un livre à la main

Clément Solym - 19.04.2012

Edition - International - Tunisie - manifestation - lecture


La Tunisie n'en finit pas de revendiquer une liberté nouvelle. Hier, une manifestation prévue sur l'avenue Ta9ra entre 17h et 19h devait réunir des personnes pour revendiquer, dans un absolu silence, un besoin de culture. S'asseoir et lire, le programme était d'une simplicité déconcertante.

 

Sur la page Facebook qui avait été créée, les organisateurs revendiquaient un projet et un déroulement purement pacifiques : 

Et si on envahissait l'avenue ? Pas avec nos cris ni nos manifs mais avec nos livres. 

L'idée est, comme d'habitude, simple: le mercredi 18 avril à 17h, on se déplace vers l'avenue, on s'installe dans les cafés, sur les bancs publics, sur les marches des escaliers, un livre à la main pendant deux heures. 

Pas la peine que l'on se connaisse, que l'on se parle...on va se reconnaître par le fait d'avoir un livre à la main

Ça sera la première manif silencieuse sur l'avenue, sans revendication politique; prouver et montrer que les Tunisiens lisent, que ceux qui vont changer le monde sont ceux qui lisent.

Il est temps de rappeler que notre peuple est impliqué, cultivé et lettré.

Invitez vos amis, soyez nombreux, créons l'événement.

Tous à vos livres !!!!!

 

Depuis, des photos de l'événement ont été publiées sur Facebook  comme toujours. On peut en trouver sur Le Courrier de l'Atlas ou Touiti Photography

 

 

Cependant, une petite nuance est à apporter, entre ce que la version française du texte dit, et ce que l'on trouve dans la version en arabe. la citation finale est plus vindicative : « Celui qui ne lit pas ne change pas l'histoire. » Ce n'est pas là l'unique différence, puisque le texte arabe propose explicitement d'oublier les slogans politiques pour que les uns et les autres se retrouvent sur l'avenue Bourguiba. Une rue particulièrement symbolique.

 

Les réactions furent par ailleurs particulièrement importantes, les internautes affirmant leur volonté de réitérer cette rencontre et surtout de la rendre pérenne. Elle intervient surtout après l'interdiction du gouvernement de coalition tunisien, qui a décidé d'interdire une manifestation sur l'avenue Habib Bourguiba, la semaine passée.

 

Cet endroit était devenu un lieu d'affrontements réguliers entre la police et les manifestants, depuis la la chute de Ben Ali, lors du printemps arabe. 

 

Lire en pleine rue, ou comment revendiquer silencieusement le droit à la culture, au partage et au calme, c'est avant tout revendique pour le pays un droit à l'éducation, alors que l'on compterait plus de 74 % d'alphabétisation de la population dans le pays. Une augmentation considérable, survenue lors de l'indépendance et surtout en regard des statistiques du recensement de 1996, qui portait ce taux à 65 %. 

 

« Dans le Coran, on incite les croyants à apprendre les sciences. A-t-on oublié que le premier verset est ‘‘Iqra'' (Lis!). Si vous comprenez la valeur de la lecture, personne ne vous fera un lavage de cerveau. Vous avez l'âge de mon fils et je vous plains. Un livre, puis deux, puis trois et vous allez goûter au plaisir de la lecture, à l'autonomie et personne ne sera ton tuteur ». (voir Kapitalis)

 

(via MPHbooks)