Baffie et Enthoven : pique, pique, pique et anagrammes

Nicolas Gary - 20.10.2015

Edition - Les maisons - plagiat anagramme - Laurent Baffie - Raphaël Enthoven


Entre 206 av. J.-C. et 220 apr. J.-C., la dynastie Han fut maîtresse de la Chine. Or, par un concours de circonstances fameux, un anciennissime dicton chinois dit : « Han ! Torve phalène »* Et par un second concours de circonstances plus troublant encore, il s’avère que ce dicton n’est autre que l’anagramme de Raphaël Enthoven... Lequel vient copieusement d’accuser Laurent Baffie de plagiat d'anagrammes.

 

Raphaël Enthoven - Grand Prix du livre audio 2015

Raphaël Enthoven - ActuaLitté, CC BY SA 2.0

 

 

En novembre 2013, Jacques Perry-Salkow et Sylvain Tesson ont publié Anagrammes à la folie, aux éditions Des Équateurs. Leur ouvrage, délicieusement chroniqué dans nos colonnes, est une compilation d’anagrammes invraisemblables, comme si la langue française elle-même dissimulait entre ses lettres une autre langue, cryptée. Le livre jouit également d’illustrations signées Donatien Mary. 

 

Deux ans auparavant, en novembre 2011, Jacques Perry-Salkow avait démontré son talent, avec Étienne Klein, dans un titre du même cru, Anagrammes renversantes, ou Le sens caché du monde. Il y déployait déjà des trésors de découvertes.

 

Colère-gramme

 

Or, Raphaël Enthoven, au micro d’Europe 1, a actuellement la chance, comme il l’indique si bien, de travailler avec Jacques Perry-Salkow. Et fort de ce que le passage à l’antenne le lui permette,  le philosophe-chroniqueur s’est lancé dans la destruction minutieuse du livre de Laurent Baffie. Pas de chance, nous l’avions également chroniqué avec plaisir dans nos colonnes son Dictionnaire des noms propres (ou presque).

 

« Laurent Baffie, tel un nain juché sur les épaules d’un géant, s’attribue, sans vergogne et sans guillemets, les plus belles trouvailles que j’ai vu, moi-même, naître sous la plume de Jacques Perry-Salkov. » Et d’aligner ensuite l’éditeur de Baffie, à qui il reproche, entre les lignes et les lettres, sa mauvaise foi.

 

Ce dernier, cité par Le Figaro, expliquait en effet : « J’ai vu travailler Laurent Baffie avec son crayon et son papier, et je suis certain qu’il a trouvé lui-même ces anagrammes. C’est normal qu’il trouve les mêmes, car il n’y a pas mille combinaisons possibles. » Et effectivement, il faudrait peut-être envisager que Albert Einstein donne « Rien n’est établi », et pas grand-chose d’autre. 

 

Ou alors Béret stalinien. Ce qui n’est pas mal non plus. 

 

Voici que Raphaël Enthoven évoque la quarantaine de similitudes entre le livre sorti en novembre 2011 et celui de Baffie, publié voilà une dizaine de jours. Sauf que le philosophe se plante en affirmant que le livre de Jacques Perry-Salkow est sorti voilà trois ans (c'était donc en novembre 2011...), il omet en passant d'en citer le coauteur. Pas très joli. Et, pompon : il oublie gentiment de citer sa propre source – c’est le Figaro qui, sollicité par Étienne Klein, avait raconté l’histoire. Eh bien, alors, l'éthique ? 

 

 

 

Baffie, Enthoven : BHV, fée fontaine

 

Qu’aucun logiciel ne parvienne à trouver les anagrammes de Perry-Salkow est en effet troublant. Et Enthoven marque un point, en considérant le jeu d’échecs : le premier qui trouve la combinaison lui donne son nom. Chose valable pour la théorie de la relativité, et ainsi de suite. Donc, il faudrait rendre à Jacques Perry-Salkow ce qui lui revient, la titularité du premier à avoir mis la main ou le stylo sur ces anagrammes. 

 

La réponse de Baffie ne manque pas de punch : 

 

 

Sollicité par ActuaLitté, les éditions Kero ne souhaitent pas faire de commentaires. On nous assure cependant que « Baffie est un passionné de mots, et il réalise des anagrammes depuis des années. Il en a des milliers et nous n’avons conservé que ceux qui étaient publiables ». Mais qu’importe, nous avons préféré solliciter des logiciels d’anagrammes pour vérifier les assertions des uns et des autres.

 

Celui de DCode est intéressant, avec Albert Einstein, et s’il ne propose pas le « Rien n’est établi », offre donc Béret stalinien, ou encore : 

 

 

 

Évidemment, il faut ensuite du travail pour trouver mieux, améliorer. Et arriver à faire éclater de nouvelles vérités. 

 

Celui de Laurent Baffie peut également donner Affable utérin, ou à savourer, TER, beauf final. Et ainsi de suite. 

 

* NdR : Il est entendu que quiconque trouverait une occurrence de ce dicton ne ferait que démontrer un plagiat par anticipation, plus de 1500 ans avant que la rédaction ne le fasse... Surtout qu’il s’agirait d’une traduction du chinois ancien...


Pour approfondir

Editeur : Des Équateurs
Genre : lettres et...
Total pages :
Traducteur :
ISBN : 9782849902417

Anagrammes à la folie

de Perry-Salkow, Jacques; Tesson, Sylvain

L'anagramme consiste à mélanger les lettres d'un mot, d'un nom, d'une expression, en vue de former un autre mot, une autre expression. Elle opère comme une lecture secrète, fait surgir un sens tapi dans le repli des mots. Elle ouvre, découvre des chemins. Quelques exemples: Les Gargouilles de Notre Dame de Paris : Le Paradis très agé grouille de démons - Voyager dans le transsibérien : Gin, brandy, rêvasserie et salon - Les sports extrêmes : et les morts express

J'achète ce livre grand format à 12 €