Baidu Wenku, la bibliothèque sous le feu des auteurs

Clément Solym - 29.03.2011

Edition - Société - baidu - violer - droits


Le moteur de recherche chinois a pourtant donné des gages de sa bonne foi. En assurant qu'il mettrait en place des outils de filtrage, pour limiter les résultats renvoyant vers des oeuvres contrefaites, il comptait bien mettre tout le monde d'accord.

Avec 75,5 % de parts de marché en Chine, laissant Google loin derrière, Baidu est le maître de l'internet dans le pays. Robin Li, son PDG, a assuré hier que son produit faisait de son mieux pour lutter contre le piratage, et que les nouvelles technologies développées étaient là pour le prouver.


Foutaises, rétorquaient déjà les écrivains chinois, la veille de la conférence. Le moteur avait en effet affiché sur son site un message d'avertissement, présentant ses excuses pour les résultats amenant vers des oeuvres piratées.

Loin d'être suffisant. Les auteurs souhaitaient en effet que Baidu admette la violation du droit d'auteur, explique Zhang Hongbo, fondateur de l'organisation non-gouvernementale de protection du droit des auteurs.

L'éditeur indépendant Shen Haobo, ajoute même qu'il est hors de question d'accepter de pareilles excuses : elles montrent simplement que l'effort réalisé pour l'heure pourrait retomber comme un soufflé dans les mois prochains.

D'autant que la bibliothèque en ligne développée par Baidu, Baidu Wenku, permet toujours de télécharger illégalement des oeuvres d'écrivains chinois. Dans un premier temps, Baidu a passé le nombre de livres disponibles de 2,9 millions à 1 million. Bel effort, qui découle dès plusieurs heures de négociations entre représentants des auteurs et de Baidu.

L'attitude la plus sincère que le moteur ait pu démontrer depuis des années que dure la procédure lancée par les auteurs en justice pour faire respecter leurs droits. C'était en novembre 2009. (via Wall Street Journal)