Baisser les budgets des bibliothèques, “c'est faire le choix de l'ignorance”

Antoine Oury - 25.04.2018

Edition - Bibliothèques - ABF Xavier Galaup - bibliothèques Belfort - association bibliothécaires


Après le cas des bibliothèques de La Trinité, en début d'année, l'Association des Bibliothécaires de France a envoyé ce lundi un courrier au maire de Belfort, déplorant la baisse des budgets d'acquisition des bibliothèques de la ville. Des prises de position de l'association professionnelle qui se multiplient, alors que les collectivités font le choix de réduire les moyens accordés aux établissements, malgré la volonté du gouvernement de transformer les bibliothèques.


Bibliothèque de l'Institut du monde arabe

(photo d'illustration, ActuaLitté, CC BY SA 2.0)


 

Début 2018, l'Association des Bibliothécaires de France avait tapé du poing sur la table après la suppression de la gratuité d'accès à la médiathèque de la ville pour les non-résidents de La Trinité : il s'agissait d'« une discrimination territoriale », indiquait l'association, qui évoquait la possibilité de « recours juridiques ». La municipalité avait finalement renoncé, tout en maintenant des tarifs d'inscription assez élevés.

 

Ce lundi 23 avril, l'ABF a envoyé un autre courrier, destiné à Damien Meslot, le maire Les Républicains de Belfort, pour l'inciter à revenir sur sa décision de diviser par 2 les budgets des bibliothèques de la ville tout en augmentant les tarifs d'inscription. « Pour La Trinité, il s'agissait du premier cas de figure sur la question de la gratuité, mais, ce qui nous préoccupe, c'est que ces problèmes de moyens augmentent », souligne Xavier Galaup, président de l'ABF.

 

« Nous agissons en appelant les collectivités à plus de responsabilités, mais ces situations se développent, de plus en plus de bibliothèques ont des difficultés de personnel ou de budgets, ce qui est paradoxal par rapport aux demandes actuelles du gouvernement. » Depuis son élection, Emmanuel Macron exhorte en effet les bibliothèques à plus d'ouverture et de services, sans toutefois leur donner les moyens de sa politique.

 

« À cause de la baisse des dotations, les collectivités font le choix de réduire les moyens accordés aux bibliothèques : à Belfort, cela ressemble à un prétexte, mais ailleurs, c'est un choix politique qui amène à ne pas privilégier les bibliothèques », ajoute Xavier Galaup.

 

Opposition et préconisations
 

Les bibliothèques et médiathèques municipales relèvent, comme leur nom l'indique, des communes, et l'État n'est pas vraiment équipé pour garantir des seuils de financement. « La réflexion de l'ABF n'est pas achevée au niveau d'une loi : cette dernière serait utile non pas tant pour assurer les moyens financiers que pour donner un cadre sécurisant pour l'exercice des différentes missions, en garantissant la liberté de programmation culturelle, des choix dans la constitution des collections pour éviter l'ingérence ou la censure, ou encore en inscrivant le rôle et les missions des bibliothèques dans la loi », détaille Xavier Galaup.

 

« Mais un texte trop normatif n'est pas possible : les communes n'en voudront pas, il serait très polémique de dire qu'il faut tant de mètres carrés, tel budget minimum... Cela serait considéré comme de l'ingérence dans la libre administration, l'État ne pourrait pas imposer ce genre de choses », indique le président de l'ABF. Les contrats territoire-lecture, signés par le gouvernement et une collectivité pour sécuriser et asseoir un certain nombre d'actions de fonds dans les territoires, restent un levier possible.

 

Pour le reste, les préconisations s'imposent, comme celle d'un seuil minimal de 2 € par habitant pour le budget d'acquisition d'un établissement municipal : « À force d'expérience des bibliothèques départementale et de l'État, ce taux a été fixé comme celui qui permettait un minimum de renouvellement et de diversité. » Pour faire revenir une collectivité sur une décision dommageable pour les établissements de lecture publique, la mobilisation de la population — c'est le cas à Belfort —, des élus opposés à ces décisions ou encore de la société civile restent les meilleurs leviers...

 

L'ABF répond au rapport Orsenna avec
10 propositions pour les bibliothèques

 

Dans le cas contraire, « on expose les établissements à un effet boule de neige », annonce Xavier Galaup : « La collection sera moins attractive, les professionnels vont privilégier ce qui est le plus demandé par les lecteurs, ce qui va appauvrir les niches documentaires : des usagers déçus de ne pas trouver de documents sur un sujet vont abandonner la bibliothèque, et la perte de lecteurs va justifier une nouvelle baisse des budgets. En baissant les budgets, on fait le choix d'encourager l'ignorance en réduisant la diversité des collections vers des ouvrages plus exigeants. »




Commentaires

« La collection sera moins attractive, les professionnels vont privilégier ce qui est le plus demandé par les lecteurs, ce qui va appauvrir les niches documentaires : des usagers déçus de ne pas trouver de documents sur un sujet vont abandonner la bibliothèque, et la perte de lecteurs va justifier une nouvelle baisse des budgets. En baissant les budgets, on fait le choix d'encourager l'ignorance en réduisant la diversité des collections vers des ouvrages plus exigeants. »



c'est exactement ce que je vis au quotidien depuis 3 ans.

départ de ma collègue non remplacé

fermeture pdt mes absences (congés annuels, maladie)

presque plus de formation pour moi

baisse des abonnés

collections moins pointues

presque plus d'animations de qualité

en conclusion : baisse du service et de la qualité de service confused
Comment peut-on DIRE que l’on veut le développement des Bibliothèques, et « dans-Le-même temps « , réduire leurs moyens d’exister, encore moins de se développer. mad
Je suis dans une bibliothèque ou le budget à carrément été supprimé. Alors que les années précédentes la médiathèque avait un budget assez intéressant pour fonctionner. Deux départs â la retraite non remplacés.C'est lamentable. C'est sûr que les lecteurs ne vont plus venir...

Vivement que je parte à la retraite!

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.