medias

Bandersnatch : l'épisode de Black Mirror emprunte bien aux livres dont vous êtes le héros

Antoine Oury - 13.02.2020

Edition - Justice - Bandersnatch Black Mirror - Netflix Bandersnatch - Chooseco Netflix


La plateforme de streaming Netflix devra trouver de meilleurs arguments pour échapper à un procès : en janvier 2019, l'éditeur américain Chooseco, spécialisé dans les livres dont vous êtes le héros, attaquait la société pour une utilisation jugée frauduleuse de ses ouvrages dans un épisode spécial de la série Black Mirror. Netflix avait balayé ses accusations, mais le procès aura bien lieu : un juge vient de valider la plainte, qui est fondée.

Image tirée de l'épisode Bandersnatch de la série Black Mirror


Pour Netflix, l'épisode Bandersnatch de la série Black Mirror était très spécial : il s'agissait de tester une nouvelle fonctionnalité de la plateforme, proposant aux spectateurs de choisir certains embranchements dans l'histoire, avec des conséquences particulières dans le récit. Un fonctionnement qui rappelle le livre dont on est le héros, un type d'histoires où chaque fin de paragraphe propose un choix, qui renvoie à telle ou telle page pour la suite de l'aventure.

Ces ouvrages dont on est le héros faisaient même partie de l'histoire de Bandersnatch, cités par le protagoniste de cet épisode très spécial. Un hommage qui n'aura finalement pas plu à l'éditeur des ouvrages originaux, Chooseco. Dans une plainte déposée en début d'année 2019, l'éditeur dénonçait un « détournement » de la marque « Choose Your Own Adventure ».

Et critiquait directement le scénario et la mise en scène de l'épisode de Black Mirror : « L'utilisation de “Choose Your Own Adventure” en association avec un contenu si violent est susceptible de causer un préjudice important, ce qui affectera nos ventes de livres et notre capacité à travailler avec d'autres partenaires, pour l'octroi de licences », promettait Chooseco.

Dans une demande de retrait de la plainte, Netflix assurait que « Choose Your Own Adventure » était une phrase banale, qui faisait sens indépendamment des livres de la maison, et demandait à la cour d'abandonner la plainte, pour protéger « de tels usages artistiques [et] des usages loyaux comme celui de la phrase en question [...]. »
 

Un procès en vue


Le juge William Sessions, ce mardi 11 février, a rejeté la demande de Netflix, indiquant que la société avait « utilisé la marque de Chooseco pour décrire la structure narrative interactive partagée par le livre, le jeu vidéo [dans l'épisode, le protagoniste principal cherche à convertir le livre Bandersnatch en jeu vidéo, NdR] et le film lui-même. Plus encore, Netflix compte sur cette structure narrative pour fournir un commentaire sur la manière dont la technologie influence de plus en plus nos vies », souligne le juge, visiblement très attentif à l'épisode.

Littéralement tout dans l'épisode semble renvoyer aux ouvrages de Chooseco, puisque le juge note aussi que « les images mentales » associées avec la marque participent à l'ambiance « années 80 » de l'épisode Bandersnatch.

Les similitudes entre l'épisode diffusé par Netflix et les ouvrages publiés par Chooseco se retrouvent aussi dans la fonctionnalité innovante que propose la plateforme, avec la possibilité pour les spectateurs de choisir différents embranchements dans l'épisode.
 
Enfin, argument plutôt porteur, le protagoniste au centre de Bandersnatch lui-même fait référence aux livres dont vous êtes le héros.

Le procès aura donc bien lieu, et Netflix devra défendre ses références non autorisées aux livres de Chooseco...

via Reuters, The Bookseller


Commentaires
Débile.... Il n'ont vraiment que l'éditeur n'a vraiment que ça à faire.... Un livre et un film ne sont pas comparable !!! Ce nouveau type de film basé sur les lecture des années 80 dont je conserve moi même plusieurs ouvrage... Et tout simplement génial.. Empêché une tel évolution et tout simplement une jalousie déplacé de l'éditeur qui a peur que de nouvelles évolution le face disparaître... Des qu'une nouveauté apparaît il faut toujours des imbécile de jaloux essai de d'empêcher toute créativité ou d'évolution... Netflix aurait très bien pus faire ce film sur un autre sujet... Et à une date plu actuel... Les chose auraient était différentes car ils n'auraient pas parlé d'éditeur... À défaut il ont voulu rendre hommage et voilà les remerciements !!!!!
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.