Banon-DSK, affaire classée, par manque de preuves

Clément Solym - 14.10.2011

Edition - Justice - Tristane Banon - DSK - affaire


Finalement, Dominique Strauss-Khan n'aura reconnu que ce qui pourrait s'apparenter à une tentative d'agression, sous la forme de ce baiser qu'il a essayé d'arracher à la romancière. Mais le Parquet de Paris n'aura pas retenu ce fait.


Il a ainsi « procédé au classement sans suite de la procédure diligentée à la suite de la plainte déposée par Madame Tristane Banon à l'encontre de Monsieur Dominique Strauss-Kahn pour tentative de viol », explique un communiqué de presse.


C'est qu'il manque des éléments pour assurer une suite à l'affaire, et surtout reconnaître aux faits une nature sexuelle relevant de la réelle tentative de viol. La parole de l'un contre la parole de l'autre, c'est compliqué pour la justice.

 

Toutefois, le parquet ajoute : « Néanmoins, commis en 2003 et n'ayant été révélés qu'en juillet 2011 ces faits ne peuvent être poursuivis, l'action publique étant éteinte en application de la prescription triennale en matière délictuelle. »

 

Alors quid de la suite ? Eh bien Tristane Banon a sorti aujourd'hui son livre, Le Bal des hypocrites, aux éditions du Diable Vauvert, mais il est probable que les ventes ne surfent plus sur les vagues et remous qu'a pu générer cette affaire.

 

À l'inverse, la déception de la jeune femme sera-t-elle surmontable au point d'assurer la promotion du livre ? Réponse dans les semaines à venir.


Dans le livre, Tristane prend manifestement soin de ne jamais nommer DSK, l'afflublant de surnomn grotesque et injurieux, comme le cochon, et d'autres petits noms de bêtes. Cependant, inutile de se voiler la face : sans l'appui médiatisé de cette affaire, le livre risque de n'être qu'un témoignage de plus, qui sera rapidement rangé dans les placards.


Pour DSK, pas de livre prévu, manifestement.

 

Reste qu'en frustrant les deux parties, l'une parce qu'elle n'aura pas son enquête, l'autre parce qu'elle est finalement un peu reconnue coupable, le Parquet n'a peut-être pas choisi la meilleure des options.