Barack et les Minimonstres : une abeille chahute la lecture présidentielle

Antoine Oury - 07.04.2015

Edition - International - Barack Obama - lecture - abeilles


Chaque année, pour les fêtes de Pâques, la Maison Blanche devient une garderie géante alors que des centaines d'enfants sont accueillis sur les pelouses de l'institution. À cette occasion, le Président of The United-States, ou POTUS en personne, devient lecteur de Max et les Maximonstres de Maurice Sendak, pour un jeune auditoire.

 


 

 

Quasi-scène d'horreur à la Maison-Blanche : des enfants ont été pris d'une peur bleue en pleine lecture présidentielle, lorsqu'une abeille est venue bourdonner un peu trop près de leurs oreilles. Quelques cris d'effroi plus tard, Barack Obama tente de ramener le calme : « Oh non, une abeille ! C'est bon, les enfants, les abeilles sont bienveillantes. Elles ne vous piqueront pas, ne vous inquiétez pas ! »

 

Sauf que, malgré l'autorité du Président des États-Unis et l'arme nucléaire, ni l'abeille ni les enfants ne semblent décidés à bien s'entendre. Fou rire d'Obama, qui, complètement dépassé, décide de se tourner vers le bouquin qu'il a entre les mains : « Attendez ! Attendez ! Vous êtes des Maximonstres ! Vous n'êtes pas censé avoir peur des abeilles quand vous êtes des Maximonstres ! »

 

L'abeille, survivante au pays de Monsanto, provenait vraisemblablement des ruches installées à la Maison-Blanche. 

 

Quant à Obama, son hilarité provient peut-être du fait qu'il entretient un léger passif avec les insectes volants : en 2009, il avait abattu une mouche en pleine interview.

 

 

 

 

Ponctuellement, au cours de son mandat et de ses divers déplacements, il a pu se retrouver avec des mouches posées sur le visage. Évidemment, des religieux de tous poils se sont empressés de conclure que cette « proximité » avec les insectes signalait qu'Obama était... Belzébuth, dont le nom signifie « seigneur des mouches » en hébreu.