Barack Obama, huit années de livres et de lecture

Elodie Pinguet - 13.01.2017

Edition - International - Barack obama - président lecture - amateur littérature


Bientôt, Barack Obama, 44e président des États-Unis, quittera le 20 janvier la Maison Blanche et laissera sa place à Donald Trump. Au cours de ses deux mandats, il a su faire bouger les choses et marquer les esprits. Mais sa présence à la Maison Blanche fut avant tout marquée par les livres : après Bush, un président qui aimait lire – et écrire – ne pouvait pas faire de mal au pays.

 

Marc Nozell, CC BY 2.0

 

 

Mardi 10 janvier, Barack Obama faisait son discours d’adieu aux Américains. Pendant celui-ci, il a cité un roman d’Harper Lee, To Kill a Mockingbird. Une conclusion juste qui marque la fin de huit années de présidence, ponctuées par son amour pour la littérature.

 

En plus de lire des livres, il les écrit, et ce, bien avant ses mandats présidentiels. Son premier écrit, Dreams from my Father, voit le jour en 1995, dans les débuts de sa carrière politique. Il faudra attendre 2008 pour le voir arriver en France. Son dernier livre a été écrit pendant son mandat et est paru en 2010 : Of Thee I Sing : a Letter to my Daughters.

 

Ses deux mandats auront donc été marqués par des anecdotes et révélations littéraires. En 2010 par exemple il est remarqué en famille dans une librairie où il achète un livre de Jonathan Franzen, Freedom. Un sacré coup de pub pour l’éditeur et son auteur...

 

Trois ans plus tard, sa visite d’un entrepôt d’Amazon dans le Tennessee a créé la polémique et entraîné le mécontentement des associations comme l’American Booksellers Association. En effet le président aurait salué une entreprise destructrice d’emplois.

 

Malgré tout, il garde sa popularité et en 2015, il crée l’étonnement en annonçant que son livre préféré était le roman Fates and Furies de Lauren Groff et pas un quelconque ouvrage politique. La même année il annonce que sa bibliothèque présidentielle orientée vers le numérique coûtera au minimum 800 millions $. Un classique, chez les anciens présidents américains, que de faire construire des établissements. 

 


 

Il se déclare également dans un article du Politico où il rend compte de ses lectures d’étudiant : dans sa jeunesse il est passé des histoires d’aventures comme la série Hardy Boys aux grands classiques américains précisant qu’il a « lu des tonnes de livres ».

 

L’été dernier, celui qui fut surnommé « reader-in-chef », le président a réitéré son soutien au monde littéraire lors du congrès de la Fédération internationale des associations de bibliothèques. Il a loué le travail des bibliothèques à travers le monde et leur rôle à jouer dans la société, à savoir « construire un avenir dans lequel tous peuvent pleinement et librement avoir accès et contribuer à la grande et vivante banque des données accumulées que nous partageons en tant que citoyens du monde ».

 

A cette occasion, pour marquer son amour des livres, il a fait paraître sa liste de lecture pour l’été. Outre le best-seller de Paula Hawkins The Girl on the Train, on trouvait d’autres titres moins médiatisés comme Barbarian Days : a Surfing Life de William Finnegan.

 

Ce furent donc huit ans d'une certaine euphorie littéraire pour les Etats-Unis. Le tout sera maintenant de savoir si le nouveau président Donald Trump, vouera à son tour un amour inconditionnel à la lecture...

 

 

 

 

Via HuffingtonPost