Retourner à l'université, un voeu de libraire ?

Clément Solym - 09.06.2015

Edition - Librairies - Barnes Noble - vente livres - université études


Les plans de la chaîne de librairies Barnes & Noble, pour cet été, se résument à peu de choses : puisque la vente au détail pour produit scolaire est détachée, alors on se concentre sur le reste. À compter du mois d’août, B&N va en effet scinder ses activités, pour répondre aux demandes des investisseurs.

 

favorite store in ny

david zakar CC BY 2.0

 

Les actionnaires doivent attendre cet instant avec impatience : l’entreprise ne verse aucun dividende depuis quelque temps. Or, mi-mai, la valeur des parts a monté à près de 25 $. Le marché a réagi à l’annonce de ce futur schisme, puisque Barnes & Noble disposera alors de deux sociétés, au lieu d’une.

 

« La question des études supérieures est un grand marché, et la vente au détail est un secteur solide, autant que stable, qui génère beaucoup d’argent », estime Alex Fuhrman, analyste chez Craig-Hallum Capital Group. 

 

En distinguant ses opérations, B&N poursuit sa reconquête du marché du livre, en ouvrant un pan entier de sa société aux futurs investisseurs. Il est vrai qu’après l’échec retentissant du Nook, et de sa plateforme numérique, le libraire était presque laissé pour mort. 

 

Avec 700 établissements, répartis sur le territoire américain, disposant d’un segment scolaire, y compris à Harvard et Yale, B&N souhaite parvenir à 1000 établissements, en étendant ses sphères d’influences, notamment dans les universités. Ces dernières externalisent leur département de vente de livres, et B&N cherche les meilleures solutions pour attirer les étudiants.

 

Des offres d’achat, de location et de reprises, y compris en format numérique, pourraient apporter un souffle nouveau.

 

Dans tous les cas, les résultats financiers, que la compagnie présentera le 25 juin – on estime pour l’instant qu’ils afficheront 325 millions $ de bénéfices. De quoi convaincre les investisseurs de se pencher sur cette perspective ? (via Barrons)