Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Barnes & Noble : Bénéfices en hausse et chute des ventes Nook

Julien Helmlinger - 27.11.2013

Edition - Economie - Barnes & Noble - Marché - Ventes


La chaîne de librairies américaine vient de publier son bilan du deuxième trimestre, affichant une amélioration de ses bénéfices à hauteur de 13,7 % par rapport à l'an passé, atteignant 76 millions de dollars (avant EBITDA), pour les trois mois s'achevant au 26 octobre. Une progression obtenue malgré des ventes en baisse et une chute de 32 % de l'activité commerciale de son segment numérique Nook. Selon son président Michael Huseby, la firme se focalise désormais sur l'exécution de ses plans pour les fêtes de fin d'année.

 

 

 CC by 2.0 par Nicholas Eckhart

 

 

La branche Nook, ventes de contenus numériques et accessoires compris, affiche un bilan de 109 millions de dollars au second trimestre 2013, soit près d'un tiers de moins que lors de la même période une année auparavant. En raison de la réduction des dépenses ainsi que de la baisse des démarques sur l'appareil, les pertes de la branche, à hauteur de 45 millions de dollars sur la période, ont néanmoins été réduites de 6 millions de dollars par rapport à 2012.

 

En baisse de 41,3 %, avec 51 millions de dollars, ce sont en premier lieu les ventes de périphériques et accessoires qui plombent les résultats. Les ventes de contenu numérique sont en baisse de 21.2 %, et représentent quelque 57 millions de dollars au cours du trimestre.

 

Les revenus des ventes pour le trimestre, en ligne comme en magasins, pesant 921 millions de dollars, enregistrent une diminution de 7,5 %. Pour la firme, ce bilan s'explique par un recul des ventes en ligne ainsi que des fermetures d'enseignes sur la High Street. La division universitaire, quant à elle, n'a pas manqué sa rentrée.

 

En bourse, l'action Barnes & Noble perd 2,2 % en valeur et pèse actuellement 16,1 dollars, malgré la publication d'un bénéfice net de 13,2 millions de dollars sur son deuxième trimestre comptable. Une perte de 15 cents par action, contre une perte de 7 cents à la même époque 2012.