Barnes & Noble met fin à l'embargo sur l'éditeur Simon & Schuster

Clément Solym - 20.08.2013

Edition - International - Simon & Schuster - Barnes & Noble - conflit


Après plusieurs mois de conflit ouvert, le libraire Barnes & Noble et l'éditeur Simon & Schuster viennent de parvenir à un compromis. Depuis mars, les deux sociétés entretenaient une bisbille : S&S refusait d'octroyer des remises plus importantes sur ses ouvrages, tandis que B&N l'accusait de vouloir tuer la librairie. Et pendant ce temps, les auteurs, pris entre le marteau et l'enclume, encaissaient les coups.

 

 

Peace Zone

DAV.es, CC BY 2.0

 

 

Pour l'éditeur, le problème était simple : Barnes & Noble n'offrait pas assez de visibilité aux séances de dédicaces organisées pour ses écrivains, au sein des établissements. Pourquoi donc octroyer de meilleures remises dans ces conditions ? Du moins, c'est ce qui se murmurait dans les milieux autorisés, parce qu'aucun des deux acteurs n'a souhaité faire de commentaire depuis que l'information a été diffusée.

 

Dans un communiqué commun, libraire et éditeur ont assuré que leu différend avait pris fin. « Les deux parties expliquent qu'elles attendent avec impatience la promotion des nouveaux grands livres des auteurs de Simon & Schuster. » (via DBW)

 

Le problème est devenu critique lorsque S&S a signé un accord de distribution en format imprimé uniquement avec un auteur autoédité, Hugh Howey (dont le roman doit sortir ces jours prochains chez Actes Sud). Le torchon avait d'ailleurs suffisamment brûlé pour compromettre la signature de cet accord.   

 

B&N avait eu recours à différents moyens de pression sur l'éditeur, en limitant le nombre d'exemplaires commandés des ouvrages publiés, ou en interdisant tout simplement d'organiser des rencontres avec les auteurs maison. Le tout avait, sur l'ensemble des points de vente de B&N, conduit à une diminution évidente des ventes. 

 

Pour les auteurs, les conséquences financières furent rapidement constatables : si les best-sellers n'eurent pas grand-chose à craindre, les écrivains moins connus ont senti passer l'orage. Car outre la baisse des achats de livres par le libraire, l'annulation de tournées de promotion, ou la suppression de panneaux publicitaires ont eu de vilaines conséquences.