Barnes & Noble ne vendra pas les livres publiés par Amazon

Clément Solym - 02.02.2012

Edition - International - barnes and noble - édition - amazon


Amazon devait s'en douter, la librairie Barnes & Noble ne placera aucun des livres édités par Amazon sur ses étagères. Une annonce qui fait suite au récent accord entre l'éditeur Mifflin Harcourt et le géant de la vente en ligne. 

 

C'est Amanda Hocking qui avait raison, Amazon n'est pas encore le bienvenu dans les librairies. En tout cas, Barnes and Noble a dit non à la présence de livres portant le sceau Amazon dans ses points de vente . « Leurs actions ont miné l'industrie dans son ensemble et ont empêché des millions de clients d'avoir accès aux oeuvres » a expliqué dans un communiqué Jaime Carey, directeur merchandising de la chaîne, rapporte l'AP.

 

Les multiples manigances d'Amazon, qui a toujours cherché à se garder l'exclusivité des livres numériques, par exemple, allaient bien un jour être freiné. « Il est clair pour nous qu'Amazon a prouvé qu'il ne serait pas un bon partenaire de Barnes & Noble, puisqu'il continue à extraire du contenu, retiré du marché pour son seul intérêt ».

 

 

Pour Amazon ça change quoi ? Aux Etats-Unis, Barnes and Noble c'est 700 points de vente. Si la société ne peut placer les livres des auteurs avec qui il a signé, cela devient problématique. D'ailleurs, il y a peu, l'auteure indépendante à succès Amanda Hocking révélait qu'elle avait refusé de signer un contrat avec Amazon pour la publication papier de ses livres. Pas assez influent, trop risqué, elle avait finalement porté son choix sur St Martin's Press. (voir notre actualitté).

 

Ce n'est pas la première fois que Barnes and Noble montre les dents. La librairie avait retiré de ses étagères les titres de DC Comics, en version numérique, des comics sous accord d'exclusivité avec Amazon pour la version numérique. 

 

Amazon : les portes fermées de l'édition ?

 

Progressivement Amazon tente de jouer la carte de l'édition avec plus ou moins de succès. Trois noms à retenir : James Franco, Tim Ferris et Penny Marshall, des acteurs, des célébrités, des contrats, une jolie avance, forcément plus intéressantes que celles des éditeurs classiques (voir notre actualitté).

 

Le noeud du problème est le suivant, Barnes and Noble est-il un acteur nécessaire ? « Ils peuvent limiter les éditeurs avec des prix inférieurs, à la fois avec les livres physiques et numériques. Avec un prix plus faible sur ces titres exclusifs, ils n'auront pas besoin de Barnes & Noble ni des 1900 librairies indépendantes à travers les Etats-Unis » estime Mike Flacy.

 

Quoi qu'il en soit cette décision pourrait bien en freiner certains auteurs. L'agent littéraire, Elyse Cheney analyse : « Si vous faites un livre papier, vous faites en sorte d'être présents à Barnes & Noble ».


La balle est dans donc le camp des auteurs.