Barnes & Noble rachète la totalité de sa filiale numérique Nook

Antoine Oury - 24.12.2014

Edition - Economie - Barnes & Noble librairie - Nook filiale numérique - lecteur ebook rachat


La chaîne de librairies Barnes & Noble n'a pas vraiment connu d'eaux calmes lorsqu'il s'agissait de naviguer avec le numérique. En 2012, sa filiale Nook, consacrée aux équipements et aux contenus numériques, devenait une entité propre, afin d'attirer de potentiels investisseurs. L'éditeur Pearson en faisait partie, à hauteur de 5 %, mais B&N vient de racheter ses parts dans la société.

 


Nook - Frankfurt Buchmesse 2014

(ActuaLitté, CC BY SA 2.0)

 

 

Début décembre, Barnes & Noble annonçait la fin de son accord commercial avec Microsoft : la même année que Pearson, le géant informatique avait décidé d'investir dans la filiale Nook Media, afin de bénéficier d'une présence dans le domaine du livre numérique. 600 millions $ avaient rapidement été investis, avec la promesse d'un partenariat rentable.

 

Deux années plus tard, le bilan est rude : les revenus Nook ont encore diminué de 41,3 % sur le dernier trimestre, à 64 millions $. Une société peu rentable, qui peine par conséquent à innover dans un secteur où cela est pourtant indispensable. Un autre partenariat, avec Samsung, cet été, voulait mettre l'accent sur les tablettes, mais B&N ne s'associe toujours pas avec les produits numériques.

 

Par rapport à Microsoft, Pearson fait donc figure de petit investisseur, mais il avait tout de même investi 89,5 millions $ en 2012, pour 5 % des parts de Nook Media. La chaîne de librairie a fait une bonne affaire (enfin...), puisqu'elle rachète l'ensemble des actions de Pearson pour 28 millions $, dans le détail 13,7 millions $ en numéraire et 14,3 millions $ en actions (soit 602.927 parts de Barnes & Noble).

 

À présent, l'avenir de la filiale repose entre les seules mains de Barnes & Noble, qui pourra décider de s'en séparer définitivement ou bien de clore les activités, tout simplement. En juin, Barnes & Noble annonçait que les deux sociétés seraient définitivement séparées au premier trimestre 2015, mais l'opération semble prévue pour août 2015.