Barnes & Noble se sépare de plus en plus de sa division numérique

Clément Solym - 11.04.2014

Edition - Economie - Nook - Barnes & Noble - division numérique


La séparation de l'activité numérique chez Barnes & Noble a provoqué une augmentation de 6 % de la valeur des actions, pour la seule journée d'hier, pour la chaîne de librairies. Au cours de la semaine passée, les actions avaient déjà grimpé de 13 %, alors que le conglomérat Liberty Media, la section numérique, dirigé par John Malone, a affirmé qu'il vendait 90 % de ses participations - soit 17 % de parts. 

 

 

 

 

Ce n'est pas la première fois que B&N annonce officiellement qu'il se sépare de la division Nook, liée à la lecture numérique. Cette dernière continue de peser sur les résultats financiers de la chaîne de librairies, et avait entraîné des résultats décevants pour les précédents trimestres. En 2012, B&N déclarait que ce spin-off était fortement à l'étude, et les informations se précisent de trimestres en trimestre. 

 

En 2012, William Lynch, qui dirigeait la firme assurait qu'avec Nook, c'était l'une des meilleures plateformes de vente au détail pour le livre numérique qui était en jeu. Sauf que les résultats se dégradaient au fur et à mesure, et que les clients, probablement satisfaits, se détournaient progressivement de l'offre mise en place. La société s'était même associée à Microsoft pour parvenir à remonter la pente.La firme de Redmond avait investi 605.000 $ pour assurer cette pérennité.

 

La vente des actions de John Malone sera effectuée auprès d'acheteurs institutionnels qualifiés, précise-t-on.  (via New York Times