Barnes & Noble sépare ses activités universitaires et traditionnelles

Julien Helmlinger - 27.02.2015

Edition - Librairies - Barnes & Noble - Edition universitaire - Nook Digital Media


En juin dernier, Barnes & Noble annonçait la scission programmée de Nook Digital Media, sa division numérique, déficitaire, qui incluait alors ses activités d'édition universitaire. Finalement, la chaîne a annoncé ce jeudi conserver tablettes et ebooks en son giron, mais séparer plutôt ses librairies universitaires, activité rentable en forte croissance, de son activité de commerce traditionnel. Celles-ci seront donc intégrées à une nouvelle société indépendante et cotée en Bourse, baptisée Barnes & Noble Education.

 

 

 

 

Les activités Nook seront désormais rattachées à celles de distribution. Comme l'explique Mary Ellen Keating, porte-parole de la chaîne américaine de librairies : « Nous avons dit que nous allions séparer l'activité Nook Digital de l'activité de distribution, mais le conseil d'administration a décidé que scinder l'activité d'édition universitaire permettrait à chaque activité de valoriser au mieux ses opportunités. »

 

La division d'édition universitaire exploite 714 librairies réparties au fil des campus américains. Cette activité a représenté un peu moins de 45 % du chiffre d'affaires du groupe au deuxième trimestre de son exercice fiscal, qui s'achevait le 1er novembre dernier.

Les activités numériques, en concurrence avec la gamme Kindle du géant Amazon, ont vu leur chiffre d'affaires chuter de 55,4 %, à 56 millions $, sur les neuf semaines s'achevant au 3 janvier, période des fêtes de fin d'année, notamment en raison de la baisse des ventes de tablettes et d'accessoires. En conséquence, B & N recentre la division Nook sur les contenus, et limite ses dépenses.

 

Le capital de la future filiale Barnes & Noble Education, estimé à 775 millions $, sera distribué aux actionnaires dans le cadre d'une opération fiscalement neutre qui devrait être achevée fin août. À Wall Street, l'action du groupe américain a gagné jusqu'à 8 % en matinée ce jeudi, atteignant son plus haut niveau depuis août 2009, soit 26,21 dollars.