Batman, Harry Potter : La Poste américaine 'a prostitué' ses timbres

Antoine Oury - 21.10.2014

Edition - Société - US Postal Service timbres - Harry Potter Batman - philatélistes collectionneur


L'édition d'une planche de timbres à l'effigie du Chevalier noir avait ravi les fans, à l'occasion des 75 ans du personnage de Bob Kane. En 2013, un autre personnage populaire avait bénéficié d'un portrait denté, Harry Potter. La sortie de la planche Batman a toutefois soulevé la colère, du côté des collectionneurs : à arpenter quotidiennement le trottoir pour distribuer les courriers, la poste US aurait basculé dans la prostitution.

 

 

 

La planche est sortie le 9 octobre dernier, à l'occasion du mois des philatélistes, le National Stamp Collecting Month, et en partenariat avec Warner Bros, qui produit les films avec le Chevalier noir. Les collectionneurs de timbres n'ont visiblement pas apprécié l'hommage : Benjamin Bailar, ancien directeur général des Postes, a préféré démissionner plutôt que de valider la collection Batman, au sein du Citizens Stamp Advisory Committee (CSAC).

 

Le CSAC, créé en 1957 par le directeur général des Postes Arthur Summerfield, était censé permettre aux citoyens de donner leur avis, et de participer au choix des portraits à afficher sur les courriers américains. « Ils ont totalement ruiné le programme des timbres », assure Benjamin Bailar. « Ils l'ont prostitué pour gagner de l'argent. »

 

Le nerf de la guerre : entre 2008 et aujourd'hui, l'US Postal Service a perdu 22 % du volume du courrier qu'il distribuait à la fin des années 2000, et n'a pas payé, pour la quatrième année consécutive, sa contribution annuelle de 5 milliards $ au titre du financement des retraites.

 

L'édition de timbres affichant des personnages populaires, et très grand public, permettrait alors de combler — ou du moins d'essayer de combler — le déficit. L'actuel directeur général des Postes, Patrick Donahoe, n'a jamais caché son intention de réformer totalement les choix en matière de sujets et personnalités à afficher sur les timbres. Ces choix sont désormais supervisés par Nagisa Manabe, un ancien de Coca-Cola employé dans la division marketing de l'USPS.

 

« Nagisa se présente au comité et dit : “Eh, pourquoi pas cela ou cela ? Je pense que ça se vendra bien” », explique Cary Brick, collectionneur qui s'est aussi retiré du comité en janvier dernier. Batman avait déjà bénéficié de timbres à son effigie, en 2006, dans le cadre d'une planche DC Comics, et le partenariat avec Warner Bros a été particulièrement mal accueilli par le comité. L'USPS n'a pas répondu à ces critiques.  (via Bloomberg BusinessWeek)