Beigbeder pris en flagrant délit de mensonge

Clément Solym - 24.04.2010

Edition - Société - Beigbeder - Voici - Nabe


Frédéric Beigbeder aime parler de lui et faire parler de lui. Dans un numéro de Voici du mois d'avril, on retrouve l’auteur d’Un roman français qui s’exprime « En roue libre » sur une plein page intitulée « Vive le politiquement correct ».

Beigbeder reprend alors une série d’actualités récentes dans des domaines aussi divers que la politique ou la musique. Chacune de ces nouvelles est suivie de plusieurs propositions, l’une se rapprochement d’un jugement politiquement correct, l’autre d’une appréciation opposée.

Un petit exemple avec « Jean-Luc Mélenchon a traité un jeune journaliste de "petite cervelle" et son métier de "pourri", est-ce A) acceptable ou B) aussi inacceptable que Georges Frêches parlant de la "tronche pas catholique" de Laurent Fabius ? »

Mais, là où cela devient comique, c’est quand Beigbeder s’attaque à Marc-Édouard Nabe qui « imprime à compte d'auteur un ramassis de ragots mondains et d'attaques personnelles, est-ce A) le dernier écrivain libre ou B) un aigri que la jalousie rend haineux ? »

Il suffit de mettre en parallèle ces réflexions et un petit passage d’une interview que Beigbeder avait donnée lors du dernier salon du livre où il saluait l’entreprise de M. Nabe qui avait décidé de publier son livre uniquement sur Internet. Beigbeder soulignait cependant que la technologie devait encore évoluer avant que l’on ne retrouve tous les livres uniquement publiés sur Internet…et plus particulièrement les siens.