Beijing déclenche un plan de soutien aux libraires à 13,5 millions € sur 5 ans

Nicolas Gary - 15.08.2016

Edition - Librairies - Beijing librairies aides - soutien financier librairies - culture vente Chine


La Chine va entreprendre le déploiement d’un plan de soutien à ses librairies physiques, à compter de la fin de l’année 2016. Un financement de 18 millions de yuans (2,4 millions €) sera accordé aux établissements « de brique et de mortier ». Selon la communication officielle, il s’agit de balancer la croissance qu’ont connue les ventes en ligne et la croissance du livre numérique.

 

Beijing Xinhua Bookstore

J B, CC BY 2.0

 

 

Prenant en compte les demandes de librairies agréées, le bureau de la presse, du livre, de la radio, du cinéma et de la télévision de Beijing a annoncé la création d’une aide spécifique. Les revendeurs disposant d’un établissement depuis plus de trois ans au moins pourront seuls solliciter cette enveloppe.

 

Le gouvernement estime que 70 établissements bénéficieront de cette aide pour 2016, avec un montant maximal accordé de 1 million de yuans (134 k €). Le déploiement de l’aide se poursuivra au cours des cinq prochaines années assure Beijing, de sorte que nombre de librairies de la capitale chinoise seront progressivement aidées.

 

D’ici à 2020, le gouvernement envisage que 100 millions de yuans (13,5 millions €) seront distribués à près de 500 établissements. 

 

Ce n’est pourtant qu’un dixième du nombre de librairies que compte Beijing. Le gouvernement local estime à près de 5000, les revendeurs présents dans la capitale. « La plupart vivent une période difficile du fait des vendeurs en ligne qui offrent d’importants rabais, et des livres numériques qui sont de plus en plus disponibles à des prix bas », explique-t-on. 

 

Selon un fonctionnaire du Bureau, il s’agit du 13e plan quinquennal mis en place pour les librairies du la ville. Pour y accéder, outre un agrément ainsi que trois années d’existence, plusieurs autres conditions seront à remplir. La priorité sera donnée aux librairies qui ont le plus de notoriété ainsi qu’aux entreprises avec la croissance la plus solide. 

 

Il faudra par ailleurs que l’établissement justifie d’une tenue impeccable, comprendre : un système de sécurité sociale pour les employés, d’une part, et surtout, aucune infraction constatée au cours des dernières années ni de sanctions administratives. La Chine reste encore très à cheval sur la censure de livres considérés comme dangereux, ou menaçant le Parti communiste. 

 

Foire de Hong Kong : 300 ouvrages jugés immoraux

 

 

Un groupe d’experts sera chargé d’évaluer les demandes des dossiers, pour attribuer les subventions. La liste des candidats retenus sera présentée au mois de décembre. Pour les autorités, ce plan est avant tout une solution pour « promouvoir la lecture auprès du public et garantir à la ville une place spécifique comme centre culturel national ». 

 

En mai dernier, les données résultant du marché chinois indiquaient pourtant que le secteur avait globalement connu une forte croissance, de 42 milliards de yuans à 55 milliards de yuans en 2015. Si le chiffre d’affaires de l’édition numérique était florissant, ce sont ses développements que les autorités semblent anticiper. En effet, le numérique reste toujours plus difficile à contrôler que l’impression, ce qui n’arrangera pas les efforts du Parti pour museler les ouvrages indélicats.