Belgique : le prix des livres publiés en France, une hérésie

Clément Solym - 14.10.2009

Edition - Société - Belgique - prix - livres


« Des distributeurs de livres se sucrent-ils sur le dos des consommateurs en faisant payer des livres plus cher en Belgique qu'en France ? » La question est sévèrement posée par une étude du CRIOC, centre de recherche et d'information des organisations de consommateurs. Elle fait suite à une plainte datée du 24 février 2006, « contre deux distributeurs devant le conseil de la concurrence. Cette plainte n'a toujours pas abouti ».

En cause, la Tabelle, reliquat des frais de douanes et des risques de fluctuation du change entre les francs français et belges. Ainsi, les livres publiés en France sont vendus pour certains plus cher : « Ce mécanisme fut légalisé par un arrêté ministériel adopté en 1974, puis abrogé en 1987. » Mais l'avènement de l'euro, monnaie commune désormais aurait-il dû changer les choses alors que les libraires belges se retrouvent interdits de commandes directement passées en France ? La Tabelle devient aujourd'hui une surtaxe, typique du marché belge.

« Ainsi, deux groupes de distribution disposant de positions dominantes sur le marché de la vente des livres importés en Belgique n'hésitent pas à justifier la différence de prix entre un livre identique vendu en Belgique et en France par l'existence de coûts spécifiques », constate le CRIOC. Le tableau suivant montre en effet une hausse minimum de 11,27 %, pour grimper jusqu'à 16,46 %


Et l'on pointe également le monopole des distributeurs, qui leur permet d'imposer leur propre prix. « Une hérésie dans le marché unique. Un frein à la libre circulation des biens et des services. » D'autant plus que 45 % des livres publiés en France sont vendus en Belgique, créant un marché inique pour les consommateurs et injuste pour les auteurs. « Nous ne comprenons pas pourquoi nos livres, comme tous ceux des écrivains du monde entier, se vendent plus chers à Bruxelles, Liège, Namur ou Charleroi qu'à Paris, Bordeaux, Toulouse, Strasbourg ou Marseille » s'interrogent des auteurs belges publiés en France.

Les libraires ont dès lors porté plainte devant le Conseil de la concurrence pour « entente illicite ». DILIBEL et INTERFORUM BENELUX augmenteraient leur marge sur le dos du consommateur belge, c'est le fonds de la plainte qui depuis 2006 traîne en longueur. Et le CRIOC interpelle le ministre de l'Économie pour que la situation soit rapidement réglée.