Ben Zygier, un Australien agent du Mossad...

Cécile Mazin - 13.03.2013

Edition - International - Australie - Mossad - prison


L'Australie vit actuellement une certaine crise diplomatique, faisant suite à l'histoire de Ben Zygier, un détenu connu sous le nom de Prisonner X. Cet homme, qui s'était pendu dans sa cellule voilà deux ans, dans une prison de haute sécurité d'Israël, était une sorte d'incongruité. 

 

 

 

 

Dans un reportage diffusé par ABC, le 12 février dernier, l'histoire de cet homme, disposant d'une double nationalité australienne et israélienne, aurait agi également comme agent des services secrets d'Israël. Arrêté en décembre 2010, il se sera pendu pour éviter on ne sait quoi - ou aura-t-il été pendu ?

 

Dans tous les cas, le cas de ce prisonnier inconnu, né à Melbourne, devient une véritable affaire d'État. Son arrestation en Israël pose problème, et les conditions de détention sont plus obscures encore. 

 

L'ancien journaliste d'investigation, Rafael Epstein publiera à ce titre, en novembre prochain, chez Melbourne Press University, un ouvrage complet sur le cas du Prisonner X. « Je veux que les gens comprennent comment une personne originaire de Melbourne a fini dans un endroit comme celui-ci. L'histoire de Ben est plus grande que ce qui s'est passé. Nous savons qu'il a travaillé pour le Mossad et ils ont pensé qu'il avait fait une grosse erreur, mais quelle est-elle ? »

 

Les préoccupations des Israéliens auront conduit, assure-t-il à l'incarcération de cet homme. 

 

Pourtant, Epstein n'est pas encore parvenu à contacter la famille de Zygier. « Je veux qu'ils sachent ce que je fais et pourquoi. Tout le monde est intrigué par cette idée. Malheureusement pour la famille, c'est désormais une histoire qui appartient au public », explique-t-il à SMH.

 

Et à ce titre, le livre servira de révélateur et de décryptage. 

 

Pour l'heure, l'Australie attend toujours de plus amples informations sur cet homme, les raisons de sa mort, dans cette cellule de Tel-Aviv. Plusieurs sénateurs australiens ont demandé l'ouverture d'une enquête plus approfondie, la thèse du suicide semblant difficile à accepter. Surtout que les autorités israéliennes ont refusé l'inspection de la cellule...