Bénabar remet Beigbeder à sa place, ce “petit marquis poudré parisien”

Clément Solym - 05.01.2018

Edition - Société - selfie benabar bono - benabar beigbeder selfie - clash beigbeder benabarso


Ce ne sont pas les qualités littéraires ni la profondeur de la réflexion qui auront fait sortir Benabar du bois. Évoqué dans le dernier livre de Frédéric Beigbeder, le chanteur n’a pas manqué de réagir. 


Bénabar @ Fête de l'Humanité 2012
Bénabar - domaine public
 

 

Le romancier aborde en effet dans les premières pages de son roman Une vie sans fin, la question du selfie. Qu’apporter à ce sujet qui n’ait pas déjà été rabâché ? Voyons donc : « Le selfie est une tentative pour s’approprier une notoriété supérieure, pour crever la bulle de l’aristocratie. Le selfie est un communisme : il est l’arme du fantassin dans la guerre du glamour. »

 

Ceci est assez bien vu, mais où intervient Bénabar dans cette affaire ? Eh bien Beigbeder établit une échelle de valeurs suivant le credo « Je pose donc je suis ». 

 

Si je fais une photo avec Leonardo DiCaprio, je suis supérieur à toi qui poses avec ta mère au ski. D’ailleurs, ta mère aussi ferait volontiers un selfie à côté de DiCaprio. Et DiCaprio à côté du pape. Et le pape avec un enfant trisomique. Cela signifie-t-il que la personne la plus importante du monde est un enfant trisomique ? Non, je m’égare : le pape est l’exception qui confirme la règle de la maximisation de la célébrité par la photographie portable. 

 

Et de conclure : « La logique slefique peut bien être résumée ainsi : Bénabar voudra un selfie avec Bono, mais Bono ne voudra pas de selfie à côté de Bénabar. » Sous-entendant qu’en termes de notoriété, le premier ne jouirait pas de ce qu’apporterait le second. Désagréable, certes, et évidemment injurieux. Du Beigbeder dans le texte, littéralement.

 

[Extraits] Une vie sans fin de Frédéric Beigbeder
 

Mais le chanteur ne s’en est pas laissé conter, et a vivement réagi évoquant le « parasite médiatique de Beigbeder [qui] m’allume dans son nouveau bouquin dispensable ». Et d’enchaîner : « Marre des donneurs de leçons qui n’ont d’autorité que celle (énorme) qu’ils se donnent. Marre des rebelles de salons, des anarchistes de ministère. J’ai l’habitude, avec d’autres, d’être la cible des petits marquis poudrés parisiens. »

 

Alors le noceur de Saint Germain, qui se voudrait repenti, est finalement rattrapé par son passé, ses mauvaises habitudes ? À 52 ans, le roman de Beigbeder devait signer comme une forme de retour à la vie normale, et mieux, un éloge à l’amour qu’il porte à ses filles. Mais les travers anciens ne manquent pas de revenir comme de vilaines manies. 

 

Lire la chronique :
Frédéric Beigbeder, Une vie sans fin : au temps en emportent les ans

 

« Leur bon goût c’est le perroquet qui répète ce que le mainate a dit. J’ai toujours pris une attaque des Inrocks comme un encouragement. Ça nous empêchera pas de faire des chansons. Et surtout ce n’est que le public qui décidera si elles sont dignes d’être écoutées… » conclut Bénabar. Vraisemblablement échaudé, le chanteur. 

 

La rentrée commence fort…

 


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.