Bertrand Delanoë : 'Les éditions Gallimard incarnent la modernité'

Clément Solym - 16.06.2011

Edition - Société - gaston - gallimard - bottin


La foule des invités pour la grande soirée du centenaire des éditions Gallimard s'était retrouvée hier au 5 de la rue Sébastien Bottin, pour découvrir l'inauguration d'une nouvelle plaque. Depuis quelques semaines, l'affaire est entendue, le 5/7 de cette rue, où siègent les éditions seront rebaptisés du nom du fondateur, Gaston Gallimard.

Une décision prise après un rendez-vous entre le maire de Paris, Bertrand Delanoë et Antoine Gallimard, particulièrement fier d'inaugurer la rue qui porte le nom de son grand-père. Après tout, les éditions Gallimard, c'est une marque forte, terriblement forte. Ce 15 juin 2011, c'est avec une couverture policière importante - trois camions - que l'inauguration va se faire.

Bertrand Delanoë, au pupitre, et Antoine Gallimard

Remarquant qu'aucune rue de Paris ne porte de nom d'éditeur moderne - citant pour l'exemple Poulet Malassis, éditeur de Baudelaire - Antoine Gallimard estime que son grand-père « aurait été intimidé de savoir qu'il aurait été le premier » à en bénéficier. « Ce sont maintenant deux hommes du livre qui se partagent cette rue », ajoute-t-il, cité par l'AFP.

Pour le maire de Paris, « Gallimard, c'est aussi l'histoire de Paris qui ne peut vivre sans la pensée et la littérature ». Et balayant les quelques revendications politiques que les détracteurs ont pu avancer, il affirme qu'aujourd'hui « les éditions Gallimard incarnent la modernité », tout en soulignant que l'hommage rendu va également aux employés de la maison, qui profitent largement de ce prestige.

Évoquant tour à tour « un moment d'espérance pour la littérature », désireux également « que vivent longtemps à l'heure des nouvelles technologies le livre papier et les idées », Bertrand Delanoë souhaite avant tout « des années prospères pour tous, ayant la passion du beau, de la connaissance... pour que l'on reste civilisés ».


La rue Bottin restera, au travers d'un ouvrage, publié chez Galliamrd, justement, dont le patron proposera d'ailleurs un exemplaire - de papier - au maire de Paris. Lequel répondra, qu'il compte parmi ses proches, trois amis, dont il n'exclut pas « que l'un d'entre eux soit publié chez vous ». L'appel sera entendu. Ou pas...

Ainsi s'achève, pour le moment, le grand plan de communication, lourdement organisé depuis des mois. Les six mois d'anniversaires se concluent sur ces discours et la plaque Gaston Gallimard est dévoilé. Bon anniversaire.

Pour ceux qui sont avides d'en apprendre plus, le blog de Sébastien Bottin, homme d'annuaire est toujours actif.

Il a réuni des milliers de visites en quelques jours, autour de l'Appel du 15 juin - « une bande d'allumés », qui avait décidé de défendre l'homme dépossédé de sa rue, en protestant contre les grands éditeurs qui freinent l'avancée du livre numérique dans le pays.