medias

Besançon : la librairie religieuse Siloë sauvée par ses fidèles

Julien Helmlinger - 26.06.2013

Edition - Librairies - Besançon - Librairie religieuse - Difficultés financières


Voilà un peu plus d'un an que l'enseigne spécialisée de la grande rue, la librairie Siloë-Chevassu, face à des difficultés financières, avait lancé son appel à la souscription publique. Une prière qui a visiblement été entendue depuis, puisque l'entreprise semble miraculée, après avoir récolté près de 100.000 euros de soutien ainsi que deux nouveaux actionnaires. Et, si bien que le libraire prévoit désormais d'agrandir la boutique, tandis que les fermetures des enseignes Cart et Camponovo laisseraient un vide à combler dans l'offre bisontine de littérature générale.

 

 

 

 

Malgré son jour de repos hebdomadaire, la librairie Siloë-Chevassu célébrait son sauvetage ce lundi. Animation plus optimiste que lorsqu'en janvier 2012, Pierre Chevassu, directeur de la maison depuis 1979, suite à des baisses de rentrées financières, s'était senti contraint de lancer un appel au secours pour sauver le commerce. Si les clients étaient toujours présents, ils dépensaient toutefois moins pour leurs achats.

 

En cette période difficile, le patron n'avait pas manqué de confier aux médias que la tenue d'une librairie religieuse, c'était bel et bien la croix et la bannière en ce début de siècle. Il avait alors diffusé message dans un encart publicitaire du quotidien La Croix, financé avec l'aide du réseau national Siloë. Une communication de crise originale, qui avait dressé un certain parallèle entre la librairie et le panda, deux espèces menacées...

 

Comme l'a confié Pierre Chevassu, interrogé par France Bleu : « L'appel nous a non seulement permis de sauver la librairie, mais d'aller encore un petit peu plus loin, d'agrandir la librairie et de pouvoir densifier le rayon littérature générale qui va prendre trois fois la place qu'il avait auparavant ». Un projet qui devrait voir passer la surface de 150 m² à un peu plus de 200 m².

 

Si les enseignes locales Cart et Camponovo ont finalement disparues en ces temps de crise, la librairie religieuse quant à elle, y gagnerait des chances de survie.