“Beyrouth et le peuple libanais ont besoin d’un soutien international”

Clément Solym - 11.08.2020

Edition - Bibliothèques - Beyrouth bibliothèques explosion - Liban peuple soutien - destruction ville Beyrouth


Le désastre survenu à Beyrouth a mobilisé l’interprofession — et ce sont les bibliothécaires qui ont réagi en premier. Probablement parce que les trois établissements soufflés par la déflagration ont été durement touchés. Gerald Leitner, président et secrétaire général de la Fédération internationale des associations et institutions de bibliothèques, adresse un message fort.


 

« C’est le cœur lourd que nous avons découvert les images de l’explosion, et avons reçu par la suite les nouvelles des conséquences, durant les heures et jours qui ont suivi. Avant tout, nos pensées vont aux habitants de Beyrouth et aux communautés libanaises du monde entier », indique-t-il. Un gage de solidarité, alors que la reconstruction commence.

Parmi les autres établissements publics, ActuaLitté avait rapporté les dégâts subis par Bachoura, Geitawi et Monot. Gérées par l’association Assabil, son coordinateur nous expliquait récemment que seule la dernière pourra rouvrir rapidement.

« Les fonds des deux autres bibliothèques [ne seront] pas accessibles avant la fin des travaux, qui vont s’avérer longs et coûteux », notait Ali Sabbagh.
 

Une réponse humanitaire, et culturelle


À cette liste, l’IFLA ajoute la Bibliothèque nationale, partiellement endommagée, ainsi que d’autres institutions culturelles, musées ou encore sites patrimoniaux. La nécessité d’une réponse humanitaire est évidente, souligne ainsi le président.

« Cependant, suite à cette catastrophe, il est également urgent d’évaluer les dommages causés aux bibliothèques. » De fait, elles joueront « un rôle important dans l’apaisement de l’esprit de la ville ». Et avec le concours des autres lieux culturels, serviront à « rassembler les communautés, rebâtir, et réinstaurer une vie normale en ces périodes plus difficiles ».

Parce que demeurent d’autres dangers : la Covid 19, évidemment, les difficultés économiques, de même. « La ville de Beyrouth et le peuple libanais ont besoin d’un soutien international. L’IFLA s’engage à travailler avec son réseau d’institutions et d’association membres au Liban, ainsi qu’avec nos partenaires internationaux de l’UNESCO, Blue Shield et le réseau des centres PAC, pour soutenir les efforts de reconstruction. »

Et Gerald Leitner de conclure : « Veiller à ce que les bibliothèques de la ville et leur personnel soient soutenus dans leur rétablissement et que leurs collections soient sécurisées restera une priorité absolue pour l’avenir. »


crédit photo : Assabil


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.