Bibliothécaire agréable ? Financement facilité pour les Américains

Clément Solym - 17.07.2008

Edition - Bibliothèques - financement - public - bibliothèques


Le dernier rapport de l'OCLC a tenté de cerner les différents facteurs qui interviennent dans les dons que les Américains peuvent faire aux bibliothèques et c'est la Fondation Bill et Melinda Gates qui s'est chargée du financement.

Décalage entre public et professionnels

Premier point, le public semble ignorer comment les établissements sont financés. D'autre part, le lien entre financement et fréquentation d'un lieu n'est que marginal dans l'esprit des sondés. Enfin, les personnes estimant que la bibliothèque a un pouvoir de changement plus qu'elle n'est une source d'informations, sont plus enclines à supporter financièrement l'établissement.

On constate aussi une méconnaissance des services moins traditionnels offerts par les établissements, notamment dans les ressources électroniques, ou les programmes pour jeunes ou personnes âgées. Le plus étonnant de tous sera de se dire que la perception que le public a des bibliothécaires est un facteur primordial dans l'obtention d'une aid financière.

Un engouement américain rassurant

Cathy de Rosa, vice-présidente du marketing chez OCLC commente : « La bonne nouvelle est que notre recherche confirme que les Américains ont pour la plupart une haute estime de la bibliothèque, comme partie de l'identité nationale et de la démocratie. La liberté d'accès à l'information et l'enrichissement des connaissances tant personnelles que communautaires sont très appréciés. » En mettant plus en avant ces éléments, on pourrait donc accroître les dons des usagers.

Car l'étude met en avant que les gens croient au pouvoir de leur bibliothèque, poursuit Jill Nishi, directrice adjointe des Bibliothèques américaines. « Malheureusement, de nombreux établissements n'ont pas un financement adéquat pour répondre aux besoins des collectivités. Cette nouvelle étude montre qu'il y a une occasion d'offrir aux gens de mieux comprendre comment ils peuvent aider ces lieux à changer leur vie et les communautés. »


Financement, certes, mais la suite ?

Car 80 % des financements proviennent de sources locales, mais d'autres services publics interviennent dans le calcul du budget : police, pompiers, écoles, santé... Si les obtiennent de plus en plus de crédits, ces derniers s'amenuisent malgré tout.