Bibliothèque : pour régler leur amende, les jeunes payent en lecture

Nicolas Gary - 30.12.2017

Edition - Société - lecture livres amendes - dette amende bibliothèque - jeunes dette amende


Pour les enfants encore adeptes de la lecture, les bibliothèques de Los Angeles ont déployé un programme louable. Il s’agit de nouvelles mesures permettant aux enfants de faire disparaître des pénalités de retard — sur des documents rendus après l’heure — en incitant à lire plus. La méthode avait déjà fait sensation en prison, pourquoi ne pas la généraliser ?

 

Day 241...city of books
bandita, CC BY SA 2.0

 

À travers le monde, des mesures juridiques véritables ont été prises pour rabibocher les détenus avec la lecture. Un juge iranien avait ainsi condamné des délinquants à lire des livres pour s’acquitter de leur peine. Tandis qu’en Roumanie, il était proposé aux détenus d’un établissement carcéral d’écrire un livre, pour réduire leur peine.

 

Il est vrai qu’au cours des deux dernières années, cette approche a fait des émules, différents pays — y compris en France — se sont penchés sur la question du lien entre lecture et détention. Avec parfois des débouchés législatifs intéressants. 

 

Lire plus, pour effacer son ardoise
 

Dans la région de Los Angeles, c’est tout le comté qui va profiter d’un modèle similaire : pour tous les usagers de moins de 21, en cas de retard sur les retours de documents, il n’y aura plus d’amende. C’est par un temps de lecture que les enfants vont rembourser leur dette. Une manière plaisante et intelligente de trouver comment connecter les jeunes utilisateurs à l’établissement, tout en leur inculquant un certain sens des responsabilités.

 

Rome : Condamné à acheter 30 livres sur le féminisme
à une prostituée de 15 ans

 

Le programme a débuté en juin dernier, et permis déjà à nombre de jeunes d’économiser les 5 $ de frais — le montant maximum que l’on peut faire disparaître avec une heure de lecture. Ce programme de lecture implique d’ailleurs tout autant de pouvoir sensibiliser les enfants au respect des documents empruntés, et de la communauté dans son ensemble. 

 

Non seulement les documents qui ne sont pas rendus peuvent coûter cher à l’établissement, mais surtout, vont causer un manque pour les autres utilisateurs. Darcy Hasting, administratrice adjointe aux bibliothèques du comté souligne que la plupart du temps, quand les frais s’accumulent, les jeunes ne viennent plus. Et cessent donc de recourir à la bibliothèque, perdant possiblement un rendez-vous avec les livres.

 

En effet, dès 10 $ d’amendes, la carte est inutilisable, et les emprunts interdits. Même si le montant ne semble pas colossal, il importe toujours de permettre l’accès aux enfants des lieux d’apprentissage comme la bibliothèque. Ainsi, la démarche d’un rachat de dette par les livres ouvre de nouvelles opportunités.
 

Oublier de rendre ses documents à la bibliothèque
pourra conduire en prison

 

Pour l’heure, il faut surtout travailler de concert avec les parents pour amener ces derniers à ce que les enfants prennent le pli… de rendre leurs emprunts en date et heure. La ville de Los Angeles n’ayant pas de politique définissant les propres conditions tarifaires des amendes, libres aux établissements de trouver des modèles alternatifs. 

 

 

via Los Angeles Times


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.