Bibliothèque : pourquoi les DRM peuvent ruiner le service

Clément Solym - 30.06.2009

Edition - Bibliothèques - bibliothèques - DRM - ruiner


Les DRM reviennent encore une fois sur la scène, méritant un coup de fusil expiatoire. Sur le site Palm Addicts, on peut en effet découvrir une fois de plus le témoignage d'une utilisatrice qui explique avoir téléchargé des livres numériques durant des années depuis sa bibliothèque.

Sauf que désormais, son Palm m500 ne peut plus lire les fichiers : l'établissement réclame que l'on télécharge la nouvelle version d'Adobe Reader et bilan des courses, le seul lecteur ebooks sur lequel lire ses livres... est le Sony Reader. Alors problème de DRM ou de passage à l'ePub ?

La question reste posée, et, sait-on jamais, nous avons envoyé un email à la bibliothèque pour savoir de quoi il en était exactement. Le prix d'inscription à ce service gratuit vient-il de passer à 300 $, soit le coût d'achat d'un Sony Reader ? TeleRead nous explique qu'OverDrive gère le système de téléchargement des fichiers, mais le site n'a pas réussi à obtenir de commentaires sur ce point.

La problématique reste simple : non seulement un établissement public se doit de proposer un catalogue ouvert au plus grand nombre, et la coexistence de fichiers PDF et ePub ne devrait pas poser de sérieux problèmes de gestions des serveurs de téléchargement...

En outre, pointe l'écueil du DRM, dont on peut comprendre la nécessité - encore que... - pour la gestion du retour des fichiers (avec un DRM limitant l'usage à 3 semaines), mais qui dans d'autres circonstances, peut être gravement nuisible.

D'autant que le craquage d'un DRM ne prend pas beaucoup plus d'une dizaine de minutes. Enfin...