Bibliothèques et ebooks : la peur de la déception

Clément Solym - 16.07.2012

Edition - Bibliothèques - bibliothèques - Pays-Bas - prêt de livres numériques


Les établissements de prêts du monde entier se démènent pour proposer à leurs usagers une offre numérique au minimum acceptable : pas évident quand les moyens techniques, les budgets et les titres disponibles ne sont pas de la fête... La question taboue a été posée : les bibliothèques doivent-elles attendre que l'équipement soit à la hauteur de leurs ambitions ? Les usagers, pour le moment, sont peu au fait des innovations du secteur.



Digital Lending and eBooks (graphic notes)

Prêter un ebook, pas si simple (auteur : iamtimmo)



Le prêt des livres numériques est-il voué à l'échec pour cause d'avant-gardisme ? D'après une étude de Pew, seuls 12 % des Américains ont emprunté au moins un ebook en bibliothèque en 2011. Comme d'habitude, les 12 % sont majoritairement de grands lecteurs : 29 livres en moyenne par an ! Pour l'accès facilité à la culture, on repassera : 62 % du même échantillon représentatif est dans un flou complet vis-à-vis de l'offre de prêt numérique de sa bibliothèque. Le dernier rapport de l'American Library Association estime pourtant à 76,3 % les établissements dotés d'un catalogue de livres numériques.

 

Parmi les rares à profiter de l'offre de leur établissement, 32 % jugent le catalogue « bon », un chiffre qui descend à 16 % lorsqu'il s'agit de le qualifier d'« excellent ». Du côté des mécontents, 23 % des usagers sanctionnent un catalogue « faible », ou pointent des délais d'attente beaucoup trop longs.

 

Aux Pays-Bas, le numéro estival de Bibliotheekblad publie les résultats d'un sondage (non représentatif, cette fois) proposé aux visiteurs de son site Internet. À la question « Les bibliothèques doivent-elles attendre pour proposer le prêt des ebooks, plutôt que de risquer la déception ? », ils ont été 63 % à s'opposer, et donc à encourager les bibliothèques à poursuivre leurs tentatives.

 

Celles-ci se heurtent généralement à des limitations techniques, mais aussi à la frilosité des éditeurs : «   La majorité de l'offre est constituée par des vieux livres, ou des livres récents uniquement écrits par des inconnus » diagnostique ainsi le Bibliotheekblad. Les spécialistes estiment que ce décalage entre l'offre et la demande est aussi lié au fait que le profil des lecteurs d'ebook est relativement peu connu. Nul doute que l'équipement de chacun d'entre eux est également un facteur décisif : seuls les lecteurs pourvus d'un support personnel semblent se tourner vers le prêt...