Bibliothèques : Rémunérer les auteurs sur les ebooks empruntés

Clément Solym - 18.08.2009

Edition - Bibliothèques - bibliothèques - rémunerer - auteurs


Étendre le Droit de prêt public, de sorte qu'il puisse comprendre désormais les livres numériques ou les livres audio, voilà le nouveau point de réflexion du gouvernement anglais, et du ministère de la Culture, des Medias et du Sport. Selon les chiffres avancés, près de 11 millions d'audiobooks ont été empruntés en 2007/2008 : l'arrivée de nouveaux moyens de distribution pour le numérique nécessite donc que l'on prenne en compte des modifications futures pour le Public lending rights, PLR, ou Droit de prêt public.

Le ministère incite donc les acteurs concernés à prendre part à une consultation, qui fera suite à un rapport publié en juin 2009, lequel réclamait déjà que ce droit soit étendu.

Aujourd'hui, le PLR ne vaut que pour les livres imprimés et ce programme compense les auteurs pour les pertes de ventes occasionnées par les emprunts réalisés en bibliothèque. Un système qui ressemble tout de même fortement à une sorte de licence globale améliorée, puisqu'il s'agit de rémunérer un auteur pour des documents partagés par un établissement de prêt...

On comprend mieux l'intérêt que ce programme s'applique également aux ouvrages numériques, puisque les pertes pour les auteurs peuvent à l'avenir être de plus en plus importantes. Prochainement, on pourra même emprunter un livre sans avoir à se déplacer dans la bibliothèque, et la question des retours de livres ne se posera même plus, grâce à un verrouillage qui rendra le livre illisible passée sa date de consommation. Eh oui, les DRM peuvent avoir un certain intérêt malgré tout. Encore que...

Le programme PLR ne dispose cependant pas de fonds ni de crédits illimités. Cependant, il est clair que les auteurs seront lésés prochainement s'il n'est pas adapté aux emprunts grandissants d'ouvrages numériques. La consultation s'achèvera le 16 octobre.

L'association des libraires d'Angleterre se demande pour sa part pourquoi ne pas simplement rémunérer un auteur en fonction de son oeuvre et non simplement en prenant en compte un format...