Bibliothèques : Restreindre l'accès aux ebooks est un danger

Clément Solym - 15.03.2011

Edition - Bibliothèques - drm - bibliothèque - ebook


La politique de l'éditeur HarperCollins concernant le prêt de livres numériques n'a pas manqué de faire hurler les uns et les autres. Dans son dernier message, l'American Library Association fait valoir que les restrictions imposées sont tout simplement une menace dans l'accès à l'information.

« Les bibliothèques ont un long passé de fournisseurs d'accès à la connaissance, à l'information et aux travaux écrits des auteurs », explique Roberta Stevens, présidente de l'ALA. L'engagement des établissements sur le territoire américain est bien de permettre à tout un chacun de pouvoir profiter des livres, de la lecture, et plus particulièrement des oeuvres numériques, pour lesquelles la demande augmente.


Cependant, les restrictions imposées par l'éditeur sur son catalogue de livres numériques fait désormais peur. D'abord, l'obligation de restreindre la consultation d'un ebook à un seul usager à la fois. Ensuite, une chronodégradabilité qui fait qu'au terme de 26 prêts, l'établissement est obligé de racheter le livre. En l'espace de trois ans, constante l'ALA, la demande en livres numériques a augmenté de 38 %. Autant dire qu'avec le programme que prépare HarperCollins, c'est une prise à la gorge des établissements de prêt qui est envisagée.

« Le marché des ebooks est en pleine mutation. Nous encourageons les éditeurs à se tourner vers les bibliothèques comme des moyens d'atteindre et de se faire connaître d'un public plus varié », ajoute Roberta.

Les coûts supplémentaires, l'ajout de DRM et la politique restrictive mise en place par HarperCollins rend désormais le livre numérique bien moins attractif qu'il n'aurait pu l'être - qu'il ne l'est ! Un mouvement de boycott des titres du catalogue de l'éditeur a été mis en place. Cory Doctorow avait clairement défini l'enjeu de ces nouvelles mesures : « La chose importante à comprendre, c'est que le côté éphémère d'un livre imprimé n'est pas une caractéristique que nous devrions chercher à reproduire dans les médias. » (notre actualitté)

L'éditeur a bien tenté - mais en vain - d'expliquer que sa décision était avant tout motivée par une envie de travailler en bonne intelligence, tout en respectant l'échelle de valeurs du livre. « Notre objectif est de continuer de vendre des livres numériques à des bibliothèques, tout en équilibrant les défis et opportunités de la croissance du prêt d'ebooks. » Mais clairement, les bibliothèques américaines n'ont pas la même définition de la bonne intelligence.

En attendant de voir ce qui va advenir... (voir le site de l'ALA)



Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.