medias

Bibliothérapie : quand les pédiatres prescrivent de la lecture

Nicolas Gary - 27.06.2013

Edition - International - lecture - enfants - développement social


On avait déjà entendu parler du développement de la bibliothérapie, dans le cadre de troubles liés au monde moderne, fait de stress et de difficultés à résister à la pression. Mais plus rarement, en entrant chez un pédiatre, les parents s'attendraient à ce que le médecin leur préconise, au titre de médicament, la lecture de livres. C'est pourtant, une initiative qui se développe, pour familiariser les enfants avec la lecture, dans le cadre de l'opération Reach Out and Read.

 

 

book worm

rafiq s, CC BY-SA 2.0

 

 

Au cours de cette expérimentation, des pédiatres ont participé à la promotion de la lecture et de l'alphabétisation d'enfants entre 6 mois et 5 ans, en conseillant aux parents de... leur faire la lecture. Mais également de surveiller la manière dont les enfants se comportent avec les livres, pour appréhender l'évolution de leur motricité, autant que leur comportement en société, et le développement de leurs émotions et langage.

 

La directrice de Reach Out and Read, Navsaria, pédiatre et bibliothécaire pour enfants dans le Wisconsin, explique qu'elle propose, littéralement, aux parents, des ordonnances pour les enfants qui sont en réalité des listes de lectures. Elle préconise ainsi plusieurs minutes chaque jour de lecture, juste avant que la progéniture ne s'endorme. Et pour s'approvisionner, elle déconseille la pharmacie, mais plutôt la bibliothèque publique. 

 

Un autre médecin, le Dr Perri Klass, du Bellevue Hospital Center, explique que l'on voit, dans le comportement de l'enfant avec les livres, toute une évolution chargée de sens. Jusqu'à 6 mois, les livres sont ‘goûtés' et portés à la bouche. Vers 12 mois, l'enfant pointe du doigt des éléments dans le livre, à partir de 18 mois, il tourne les pages, et dès 2 ans, il reste assis et écoute les histoires qu'on lui raconte. 

 

Une étude de Pew Research, que nous évoquions hier, a montré que 83 % des Américains âgés de 16 à 29 ans, avaient lu au moins un livre durant l'année 2012, et que plusieurs d'entre eux l'avaient fait pour le plaisir. 

 

 

Ainsi, en fusionnant la lecture avec la pratique de la médecine

 le programme Reach Out and Read vise aussi à élargir

la pratique médicale, et la relation au patient.

 

 

Dans le cadre de ce programme incitant à l'expérimentation des livres chez les plus jeunes, le premier problème à résoudre est celui du manque de communication des enfants, ou plutôt d'un ‘déficit de parole'. En effet, sans la relation au livre, l'enrichissement du vocabulaire de l'enfant est moindre, dans des années d'apprentissages cruciales pour eux. 

 

C'est probablement là aussi l'une des grandes limites de la lecture sur support numérique : n'ayant pas d'objet à manipuler, l'enfant développe certes d'autres compétences, mais se retrouve privé des repères que le livre papier et imprimé peut offrir. Raison pour laquelle il semble essentiel de faire coexister les deux supports, d'une part pour familiariser l'enfant avec les appareils numériques, de l'autre, pour ne pas lui faire perdre le contact avec une technologie ancienne, et qui a fait ses preuves.

 

Les avantages du livre imprimé, comme le souligne le Dr Klass, sont nombreux, et plus encore. Mais au-delà de ça, ce sont les histoires, les récits qui développent l'empathie, le sens de l'individualité et de l'altérité. Autrement dit, des choses essentielles. 

 

Ainsi, en fusionnant la lecture avec la pratique de la médecine - parce qu'il ne s'agit pas non plus de supprimer toute pharmacopée, le programme Reach Out and Read vise aussi à élargir la pratique médicale, et la relation au patient. Le rôle du pédiatre ne peut plus se limiter à faire acheter des médicaments : la profession, et son importance dans la croissance de l'enfant, est à réinventer. 

 

Le Dr Barry Zuckerman, fondateur avec le Dr Robert Needlman, de Reach Out and Read le précise : « De tout ce que nous savons sur le développement du cerveau, les enfants nous apportent une compréhension dans l'apprentissage des compétences qui mènent à la lecture, depuis la naissance. Et c'est primordial, surtout dans les trois premières années de leur vie. [Le programme] est une occasion unique pour les pédiatres, car ces derniers voient les enfants régulièrement, et que les parents apprécient leurs suggestions. »