BIEF : pour l'année à venir, plus que jamais au service des éditeurs

Nicolas Gary - 24.09.2018

Edition - International - BIEF programme 2019 - séjours perspectives BIEF - bureau édition française


L’année 2019 ne manquera pas d’activité pour le Bureau international de l’édition française. Le BIEF s’apprête à quelques évolutions dans son fonctionnement, dans la perspective d’apporter à ses membres les meilleurs outils.


Bureau international de l'édition française BIEF - Frankfurt Buchmesse 2015
ActuaLitté, CC BY SA 2.0
 

 

Depuis qu’il a pris ses fonctions de directeur général en fin d'année dernière, Nicolas Roche l’avoue : « J’ai déjà beaucoup voyagé. » Et l’année ne fait que commencer. Première étape : la Buchmesse de Francfort. Grand Messe de la vente de droits, réunissant les professionnels du monde entier, la manifestation sera l’occasion de porter la francophonie. 

 

« Dans un accord tripartite avec le Centre national du livre et l’Organisation internationale de la francophonie, nous allons accueillir sur un stand dédié une vingtaine d’éditeurs francophones. » Afrique, Haïti, et Vietnam seront présents, pour favoriser des rencontres B2B. Et le choix d’un pays d’Asie ne doit rien au hasard : « Nous sentons le besoin d'amplifier le dialogue avec ces éditeurs, et pour ce faire, de les mettre en valeur. »

 

Et puis, Francfort, avec un stand plus clair et un nouveau logo, c’est plus élégant. « Mais ce n'est pas que cosmétique », plaisante-t-il. Les éditeurs y seront mieux installés, le stand conservant des espaces de convivialité qui ont fait son succès comme son célèbre café.
 

Les études et Séjour Perspectives

 

Pour les prochains mois, on s’attaquera aussi aux multiples études que produit le Bureau. Le projet est simple : réaliser des séjours baptisés "perspectives", avec des éditeurs embedded, issus de différents segments éditoriaux qui partiront avec le BIEF. « L’idée est véritablement de confronter les expériences des participants avec leurs homologues étrangers et que les thématiques les plus importantes pour les adhérents soient traitées à fond », poursuit le directeur général.
 

Et au terme de ces déplacements, la contrepartie sera de témoigner, auprès des éditeurs membres du BIEF, de leur voyage. Les études qui en découleront feront ainsi part des entretiens et rencontres menées sur place. Les premiers échanges se dérouleront en Grèce, au mois de janvier, puis en République tchèque au mois d’avril. 

 

Pour parler de développement, le BIEF souhaite également renforcer les actions déjà mises en place, comme Shoot the book ! (une opération menée avec la SCELF et l'Institut français qui se déroule aujourd'hui à Cannes, Shanghai et Los Angeles). « La vente de droits audiovisuels est au cœur de cette opération, bien entendu et nous développerons encore son concept. Mais nous devons également profiter de nos présences à l'étranger tout au long de l'année pour faire que les responsables de droits - souvent également chargés de l'audiovisuel - voient des professionnels du secteur. »

L’explosion du livre audio est un autre sujet d'attention. « Notre expertise, pour les éditeurs, doit passer par le développement de ces services propres. »
 

L'ouverture vers l'ailleurs, plus que jamais

 

Dans la continuité de l’extension internationale, le BIEF va également renouveler l'équipe de son bureau américain.

La French Publishers' Agency de New York se dote d’une nouvelle direction. Lucinda Karter laisse sa place à Alice Tassel à compter du 1er octobre prochain. « Cette antenne du BIEF propose à ses adhérents les services d’une agence de droits pour la langue anglaise », relève Nicolas Roche. Une nouvelle direction pour défendre, donc, les projets éditoriaux français sur le territoire américain. 

 

« Ces changements ont vocation à donner un nouvel élan à la French Publishers’ Agency, afin qu’elle joue plus que jamais son rôle auprès des éditeurs français et de leurs auteurs, en donnant un coup d’accélérateur au développement des traductions sur le marché américain », précise le BIEF.

Le Bureau projette, dans le même temps, d’approfondir les relations avec les éditeurs arabes. « Cela veut dire parler de l’édition en langue arabe, autant que de l’édition française sur les territoires arabes. » 

 

Élargir les services à un plus grand nombre d'éditeurs
 

Celui qui est devenu le « scout » de l’édition française veut également renouer avec des pays et des professionnels, pour explorer les pistes de collaboration.  

 

Francfort 2018 : l'Institut français veut
prolonger l'effort de 2017


Enfin, 2019 marquera une ouverture hexagonale, à destination des petites maisons d’édition. Le BIEF va en effet modifier ses conditions d’adhésion, et proposer une formule tarifaire qui permettra aux structures réalisant moins de 250.000 € de chiffre d’affaires d'adhérer à moindre coût. 

 

« Il se trouve rarement une personne dédiée à la vente de droits chez les petits éditeurs. Or, si l’on regarde des palmarès comme celui de Bologne [Foire du livre jeunesse, NdR], on se rend bien compte qu’une diversité de structures s’y retrouve. » Pour pallier ces difficultés, le Bureau décide donc d’élargir son horizon.




Commentaires
Belles perceptives donc...merci déjà pour Francfort 2018!
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.