Biélorussie : les écrivains européens appellent l'Union européenne à réagir

Antoine Oury - 18.08.2020

Edition - International - bielorussie dictature - ecrivains europeens bielorussie - bielorussie elections


Le peuple biélorusse vit depuis plusieurs semaines dans un climat délétère, entre violences policières et confiscation du pouvoir par une dictature. Alexandre Loukachenko, président de la République depuis 1994, a été réélu le 9 août 2020 dans des conditions très incertaines, qui laissent craindre à l'opposition et à une grande partie de la population une manipulation des votes. Depuis, le chef d'État oppose une répression systématique à tous ceux qui contestent sa légitimité.

Embassy of Belarus, DC


Selon les résultats officiels, Alexandre Loukachenko, président sortant de la Biélorussie, aurait obtenu 80,2 % des voix lors des dernières élections, organisées au début du mois d'août. Mais les observateurs internationaux remettent en cause la crédibilité de ce chiffre, tandis que d'immenses manifestations, notamment dans la capitale Minsk, contestent le pouvoir de Loukachenko, déjà qualifié de « dictateur ».

Ce 16 août, plusieurs dizaines de milliers de personnes ont manifesté dans les rues de la capitale pour réclamer la démission du président de la République.
 


La Fédération des associations européennes d'écrivains (European Writers' Council, EWC) se joint aux avertissements portant sur la situation en Biélorussie : dans un communiqué, l'organisation déplore « la violente et systématique répression des manifestations contestant les résultats des élections et le pouvoir autocrate du président de la Biélorussie ».

« Nous sommes en contact permanent avec l'Union des écrivains biélorusses, membre de la Fédération », indique Nina George, la présidente. « Et les nouvelles que nous recevons sont très inquiétantes. Nous avons reçu des informations de sources indépendantes sur des cas de violences policières et sur des traitements inhumains dans les prisons, de la torture psychologique, des sévices physiques et des viols. »

Selon la présidente de la fédération, ces exactions viseraient toute personne critique envers le régime, ses méthodes ou les résultats des récentes élections présidentielles. « Nous demandons urgemment aux gouvernements de l'Union européenne de ne pas rester muets », appelle Nina George.
 
L'Union des écrivains biélorusses, de son côté, diffuse un appel à « parler de la situation en Biélorussie, à écrire sur la situation tragique que nous vivons, et à solliciter le chef du gouvernement de votre pays ». Dans un rapport, intitulé « Voices of Belarus » (« Voix de Biélorussie »), l'organisation d'auteurs se fait le relais de différents témoignages de victimes, évoquant des violences policières ou des conditions de détention inhumaines.

« La Biélorussie fait partie de l'Europe. Ne laissons pas le peuple seul dans son combat pour la construction d'une société démocratique. Nous devons nous saisir de notre outil le plus démocratique : nos mots », conclut Nina George.

Photographie : devant l'ambassade de Biélorussie, à Washington (angela n., CC BY 2.0)


Commentaires
On aimerait que ce joyeux comité Théodule s'inscrive aussi en faux pour dénoncer les magouilles de l'élection présidentielle française où un candidat a été mis à mort médiatique et faussant de fait l'élection (expression gentille pour parler de « coup d'état »).

Ah non : c'est vrai que nous, nous sommes une démocratie respectable tongue rolleye
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.