Bien négocié, l'ebook rapportera plus que le livre papier

Clément Solym - 03.06.2009

Edition - Economie - négocier - ebooks - rentable


Et si une fois encore, c'est avec les expériences passées des majors de la musique que l'industrie du livre parvenait à progresser ? Rendre la musique en ligne rentable et combattre le piratage sont leur fer de lance, mais pour le livre, l'ebook ne remplacera jamais le papier, estiment les experts.

D'un autre côté, le ralentissement économique est là et les consommateurs se tournent vers des produits moins onéreux, et du contenu achetable en ligne.

Nouvelle diffusion, assurément

Pour Andrew Albanese, de Publisher's Weekly, invité à une table ronde durant la BookExpo America, l'idée n'est pas de battre l'industrie de la musique sur ce domaine. De même, Chris Anderson, rédac-chef de Wired explique que si internet a brisé le modèle économique, il y a substitué autre chose : une nouvelle diffusion. Certes, les fans ont rejeté le format MP3, parce que la qualité était différente, mais de l'ebook au pbook, il n'y a aucune différence, juste une valeur ajoutée. Révolutionnaire...

Au fil du temps, la présence de livres numériques tend à renforcer la réussite financière d'un livre plutôt qu'à s'y substituer, ajoute-t-il.

Nouvelle diffusion... à assurer

Or, autour de cette table se trouvait le monsieur à abattre pour l'industrie, justement, Jared Friedman, cofondateur de Scribd, site de piratage et de violation des droits d'auteur pour les uns, ou de publication ouverte à tous pour les autres. Selon lui, nous nous dirigeons vers un modèle de diffusion type iTunes, qui a fait entrer la musique dans une nouvelle ère.

« Il est clair maintenant qu'il y aura assez de demandes pour des livres distribués en tant que contenu numérique pour que l'on mette en place un mécanisme de distribution numérique efficace pour les livres. Si nous gérons bien la transition, le modèle numérique pourra être monétisable réellement mieux que celui de l'imprimé. »

Nouvelle diffusion, mais angoissante

Sauf que les grands et gros groupes se méfient toujours du piratage, et comme le dit David Shanks de Penguin, le problème est préoccupant. « Ce qui est d'ailleurs le plus effrayant, c'est ce sentiment qu'ont certains que tout devrait être gratuit. » Pour Oren Teicher, de l'American Booksellers Association, les schémas de la musique sont à retenir et améliorer. « Le défi pour nous est d'intégrer toutes ces nouvelles manières par lesquelles les gens ont accès à l'information et continuer de nous montrer pertinents dans ce domaine. »