Biglib : l'échange de livres, créateur de liens sociaux

Clément Solym - 11.01.2012

Edition - Société - echanger - partager - livres


C'est un nouvel entrant sur la toile qui vient tout juste de voir le jour. Biglib.fr se présente avec une interface très simple, proposant un futur espace - qu'on leur souhaite vaste - pour l'échange de livres. Un réseau communautaire, de fait, avec l'intention d'apporter une dimension sociale de partage, avant tout.

 

Caroline Etivant a connu plusieurs vies, comme ces personnes qui se lancent dans de grands projets. Depuis l'édition, en passant par les médicaments, avant de revenir à ses premières amours, elle nous présente Biglib comme « un projet avec une réelle utilité sociale. Les inscrits pourront mettre en ligne les livres qui encombrent leurs étagères, et les proposer à d'autres personnes, pour créer un lien, autour du livre ». 

 

Si d'autres acteurs sont déjà sur ce créneau, c'est avec un réseau entièrement gratuit qu'elle souhaite tout d'abord se distinguer. « Le réseau se constituera avec des informations comme celles que l'on trouverait dans une librairie en ligne, mais avec pour seule vocation l'échange. » 

 

 

 

Le site fait actuellement ses premiers pas sur la toile, le nombre d'ouvrages n'est donc pas encore considérable, et il faudra se trouver en région parisienne, ou à Marseille, pour trouver des titres. L'interface est épurée, particulièrement reliée aux réseaux sociaux existant, pour mieux faire découvrir et partager. 

 

Pour l'échange lui-même, c'est un premier contact entre deux membres qui doit se faire. « Les réseaux sociaux ne servent que s'ils permettent de mettre en relation, avec pour finalité de créer des rencontres dans la vie réelle. C'est pour cela que Biglib favorise la remise de livres de main à main. » Mais dans l'hypothèse où le trajet de Marseille à Paris vous paraisse long, il est possible de vous faire envoyer le livre. Dans ce cas, c'est le bénéficiaire qui s'acquittera des frais de port (service minimax de la Poste).

 

Le modèle économique, le saint Graal, reposera sur la présence de bannières publicitaires, à compter du moment où le trafic sera suffisant. Avec un certain nombre d'inscrits, Caroline Etivant estime que le nombre de pages affichées sera suffisant pour générer des revenus. Par la suite, c'est une offre freemium que Biglib instaurera, avec la possibilité de vendre ses livres - et dans ce cas, c'est une commission prise sur la vente qui rémunérera le site. 

 

« Je ne trouve pas normal que l'on puisse envisager de se rémunérer sur des transactions qui sont faites gratuitement. Si deux personnes s'entendent pour échanger ou donner un livre, le site n'a pas à tenter de se rémunérer. En revanche, sur des transactions commerciales, c'est différent. » 

 

L'un des sésames ce sont 10.000 inscrits, qu'elle vise d'ici un an et demi. Et surtout, la création d'une communauté, à l'intérieure de laquelle on trouvera des sous-communautés, par région, évidemment. « Le lien social ne peut survenir qu'avec des rencontres, et à terme, Biglib devrait pouvoir inciter les personnes à se rencontrer, à échanger non plus simplement des livres, mais sur leurs lectures, et bien d'autres choses. » 

 

Pour l'heure, la connexion se fera on-line, pour découvrir les titres et aller à la rencontre des personnes inscrites. Biglib a de grands projets, et même d'autres dont on ne vous parlera pas tout de suite... Rendez-vous dans quelques mois.




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.