Bilan de l'activité 2011 des bibliothèques municipales

- 28.06.2013

Edition - Bibliothèques - prêt - synthèses - médiathèques


Le ministère de la Culture et de la Communication vient de diffuser l'étude synthétisant les données recueillies sur l'activité des bibliothèques municipales en France. Plus de 7500 établissements sont audités pour ce rapport, et d'ores et déjà, se présentent comme le premier réseau culturel en France. La synthèse porte sur l'année 2011 et dévoile plusieurs tendances significatives, pointe le MCC.


 

Bibliothèque Saint-SeverBibliothèque de Saint-Sever (40), Frédéric Buisson, CC BY 2.0

 

 

C'est tout d'abord le maintien de la bonne fréquentation des bibliothèques que l'on peut constater pour l'année 2010 ainsi qu'une forte hausse sur la période 2006-2011 (+ 11 %). En revanche, pour cette année 2011, on assiste à une baisse de l'emprunt de livres (- 5 % par rapport à 2006), mais une hausse de l'emprunt des autres documents (documents sonores et vidéos en particulier : + 10 %). Pour les établissements, est affichée une légère progression des dépenses d'acquisition (+ 3 % par rapport à 2010) avec toutefois une forte baisse des dépenses d'investissement sur les trois dernières années (- 22 %).

 

Le ministère distincte par ailleurs deux types d'établissements, dont les résultats sont encourageants : 

 

les bibliothèques de premier niveau (celles répondant aux conditions de superficie, de qualification de personnel et de budget d'acquisition les plus exigeantes) et celles situées en zone rurale (communes de moins de 5 000 habitants). 

 

« Dans ces deux cas, les taux d'inscrits sont supérieurs de trois à quatre points à la moyenne nationale », pointe-t-on. Conclusion : « Ce résultat traduit à la fois la prime accordée par les usagers aux équipements les plus performants et le rôle central joué par la bibliothèque dans les zones où l'offre culturelle est globalement plus faible. »

  

Pour Nicolas Georges, directeur chargé du livre et de la lecture  : 

Enfin, on s'aperçoit que les clivages demeurent importants entre territoires, en fonction de la taille de la commune, de la bibliothèque et de la politique de lecture publique retenue. Cette constatation doit être à la fois source d'inquiétude – l'accès à un service de lecture publique est loin d'être équitable sur l'ensemble du territoire national – et source de volontarisme : un accès réussi à la lecture demeure largement tributaire des choix politiques opérés par les élus et d'une action publique conduite de manière ambitieuse et dynamique.

 

Pour ce qui est de la transition numérique, 84 % des établissements qui disposent d'un catalogue informatisé et 70 % qui offrent un accès à Internet, avec une marge de progression qui « demeure considérable sur certains points ». En outre, si « 76 % des bibliothèques publiques proposent le prêt de livres numériques aux Etats-Unis, seules 1,5 % des bibliothèques françaises déclarent offrir des livres numériques à leurs usagers ». 

En 2010, l'échantillon d'établissements interrogés avait permis de conclure que 1,0 % des bibliothèques disposait d'un fonds de livres électroniques. L'échantillon de 2011 ne montre pas de progression significative, puisque 1,5 % des bibliothèques proposeraient des livres électroniques. Sur la base de l'échantillon non pondéré, on ne dénombre que 15 nouvelles bibliothèques offrant cette possibilité
(sur 2 995). Le livre numérique n'a pas encore trouvé sa place au sein des bibliothèques municipales. Toujours sur la base de notre échantillon, 99,8 % des points d'accès au livre ne disposent d'aucun fonds de ce type. 

 

L'arrivée prochaine de l'offre montée par Dilicom Prêt Numérique en Bibliothèque marquera un tournant dans ce secteur.