Bilan du CNL : recettes en hausse, aides "rationalisées"

Clément Solym - 26.12.2012

Edition - Economie - Centre national du livre - bilan 2011 - aides et suventions


Comme la plupart des organismes publics verseurs d'aides et de subventions, le Centre National du Livre publie en cette fin d'année son rapport d'activité, ainsi que son bilan des aides pour l'année 2011. « L'année de la réforme » présente un bilan à faire pâlir d'envie un pays européen dans la tourmente budgétaire : des recettes en hausse pour des dépenses contractées, ou, comme le veut le jargon, « rationalisées ».

 


L'organigramme du CNL, en 2011

 

En 2011, le premier changement au sein du CNL fut celui de son conseil d'administration, réduit à 21 personnes issues du monde du livre : 6 représentants de l'État et 15 personnalités issues du monde du livre, parmi lesquelles 5 éditeurs, 6 personnes « qualifiées dans le domaine de la création, de l'édition, de la diffusion du livre, des nouvelles technologies et des services numériques ». Jean-Claude Bologne, président de la Société des Gens de Lettres, honore de sa présence chaque CA, qui décide « des grandes options de la politique de l'établissement ».

 

Et, pour cette année, l'ambiance générale semblait déjà être au serrage de ceinture : si les recettes du CNL ont augmenté de 6,20 % entre 2010 et 2011 grâce aux taxes prélevées (sur les recettes de l'édition et les appareils de reproduction et d'impression, 79,2 % de ses revenus), ses dépenses n'ont, elles, augmentées, que de 5,24 % (soit 2,16 millions €), pour atteindre un total de 43,40 millions €.

 

Les aides se comptent désormais à hauteur de 2999 opérations, contre 3813 pour un budget inférieur en 2007 : le Centre National du Livre explique cette étrange courbe par un accent mis sur le qualitatif plutôt que le quantitatif. Cela permet par ailleurs au Centre d'éviter le « saupoudrage », élégante image culinaire pour évoquer des aides insuffisantes réparties entre beaucoup de bénéficiaires. Par ailleurs, comme le note le rapport, le nombre de demandeurs a considérablement diminué.

 

 

 

Parmi les bénéficiaires, les plus aidés restent les éditeurs, mais tous les acteurs de la chaîne du livre profitent d'une hausse substantielle ou notable des fonds alloués, à l'exception des libraires. Pour ces derniers, la baisse serait relativisée par le versement en 2010 du fonds pour 1001libraires.com, qui fausserait en quelque sorte l'impression première. Toutefois, nombre de libraires se sont déjà plaints d'un CNL bien plus regardant quant au versement de ses aides.

 

Le budget des aides aux animations et événements autour du livre a augmenté, tandis que son nombre de bénéficaires diminuait, un mouvement semblable à celui des aides globales. Par ailleurs, le CNL, en interne, réserve une part bien plus importante de son budget aux déplacements et aux missions personnelles de ses membres. La promotion, une fois encore, se veut plus qualitative que quantitative.

 

 

La chaîne du livre reste centralisée sur l'Île-de-France, avec une très large avance sur les autres régions du pays. Le CNL décompte 93 aides au titre de la politique numérique (numérisation de documents sous droits + conventions) pour 2 903 085 €, 645 subventions à l'édition pour 2 327 511 € (édition, préparation, iconographie, édition électronique), 358 subventions à la traduction (intraduction) pour 1 767 638 €, 313 aides à l'extraduction pour 807 786 €, et 9 prêts ou avances remboursables pour 476 900 €.

 

Le développement de l'offre numérique, s'il passe par les aides aux éditeurs pour la numérisation, s'appuie également sur une politique suivie auprès des établissements de prêt. Le nombre d'aides considérablement réduit a incité le Centre à « améliorer le dispositif » pour l'année prochaine, « notamment sur le volet numérique ». À ce titre, le CNL réserve 6 millions € pour 24 aides au volet patrimonial de la Politique numérique, et l'ensemble de ces aides revient à la seule BnF, qui centralise ces numérisations. Les deux établissements sont d'ailleurs liés jusqu'en 2015.

 

En 2011, 10,13 millions € se sont vus confiés au numérique, soit 161 aides dans trois domaines principaux : l'aide à la numérisation du patrimoine, l'aide à la numérisation des œuvres sous droits, l'aide aux plateformes de diffusion et de valorisation des catalogues de livres numériques et aux
expérimentations de numérisation.

 

Le détail des bénéficiaires des aides du CNL pour l'année 2011 est disponible ici.

Rapport d'activité du Centre National du Livre pour 2011